/news/culture

Herbie Hancock, à la hauteur du génie

Dario Ayala / Agence QMI

Huit ans après sa dernière venue au Festival International de Jazz de Montréal, Herbie Hancock était de retour, lundi soir, dans une salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts remplie à pleine capacité. Vu l’accueil qu’il a reçu en arrivant sur scène, les fans s’étaient visiblement ennuyés de sa présence.

«On va vous jouer quelques trucs, a-t-il dit, après avoir félicité Thundercat pour sa première partie. Relaxez, attachez vos ceintures. On y va.»

Pendant les 20 premières minutes, Hancock et ses trois musiciens ont concocté des ambiances sonores qui évoquaient autant les sonorités des fonds marins que des atmosphères spatiales, qui pouvaient parfois faire frissonner. Le musicien de 78 ans alternait entre le piano et ses synthés.

Assister à une performance d’Herbie Hancock, c’est beaucoup plus qu’écouter des morceaux s’enchaîner. On assiste à des fulgurances musicales complètement déconcertantes.

S’il élabore actuellement des nouvelles sonorités et emmagasine des nouvelles influences avec le jeune compositeur Terrace Martin, Herbie Hancock a toutefois choisi une formule classique et éprouvée pour son concert en sol québécois. Il était donc entouré de ses fidèles complices James Genus, qui officie également à l’émission «Saturday Night Live», à la basse; Trevor Lawrence Jr. à la batterie et Lionel Loueke à la guitare.

Le musicien de 78 ans n’est pas forcément très jasant sur scène, laissant toute la place à la musique et à l’improvisation, mais quand il s’agit de présenter ses musiciens, ça donne un moment très drôle, rempli d’amour, de respect et d’admiration.

«Actual Proof», «Cantaloupe Island» ou encore «Chameleon» ont bien entendu fait partie des pièces d’anthologie que Herbie Hancock et ses musiciens nous ont offertes au cours de cette soirée mémorable.

Nouvelle génération

Avec son bermuda orange, assorti à la couleur de ses bas et de... sa chevelure, Stephen Brunner, alias Thundercat, est venu distiller ses compositions en première partie.

Le petit génie californien de 33 ans a partagé quelques-uns des morceaux de son dernier album, «Drunk», sorti en février 2017, d’autres de ses premiers albums, comme «Them Changes», ainsi que des chansons élaborées lors de ses foisonnantes collaborations avec Kendrick Lamar, comme «Complexion».

Ses pièces fusionnent le jazz avec une multitude d’influences, autant hip-hop qu’électro, surfant sur sa voix de contre-ténor planante. Il était, comme toujours, accompagné de ses acolytes, aussi talentueux que lui, Dennis Hamm aux claviers et Justin Brown à la batterie.

Au cours de sa prestation impeccable, Thundercat a surtout impressionné par son doigté exceptionnel et ses lignes de basses magnifiques.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.