/finance/homepage

Lyft se lance dans le vélo en libre-service

L'entreprise américaine Lyft, l'une des principales concurrentes d'Uber, a imité sa rivale en se lançant à son tour dans le domaine du vélo en libre-service grâce à l'acquisition de Motivate.

La transaction, dont le montant n'a pas été dévoilé, mais qui serait évaluée à 250 millions $ US selon l'agence Bloomberg, a été confirmée lundi.

«Lyft et Motivate travaillent toutes deux depuis des années au même objectif de réduire la nécessité d'être propriétaire d'une voiture en fournissant des façons abordables et fiables de se déplacer en ville. Fusionner Lyft et Motivate accélérera notre collaboration avec les villes et permettra d'offrir de meilleures expériences aux passagers et conducteurs», a expliqué le président et cofondateur de Lyft, John Zimmer, par communiqué.

Lyft offrait à ce jour un service de covoiturage grâce à une application, à l'image de sa rivale Uber. Motivate, de son côté, exploite des systèmes de vélo en libre-service dans huit villes, incluant New York, Boston, Chicago et Washington.

En avril dernier, Uber a réalisé une transaction similaire en mettant la main sur JUMP Bikes, qui exploite une flotte de vélos en libre-service. La technologie de cette entreprise permet aux utilisateurs des bicyclettes de les laisser un peu partout en ville, plutôt qu'à une station dédiée comme dans le cas des Bixi à Montréal. JUMP Bikes a aussi développé des vélos électriques, dont 250 sont déployés à San Francisco.

L'entreprise Motivate n'est pas étrangère au Québec. En effet, la compagnie américaine avait acquis la société montréalaise 8D Technologies en février 2017, qui avait développé la technologie derrière le système de location de vélo en libre-service Bixi.

Grâce à l'acquisition de Motivate, Lyft compte maintenant investir pour offrir des systèmes de vélo en libre-service dans ses principaux marchés.

Lyft est présente partout aux États-Unis, mais se fait plus discrète au Canada. Son service de covoiturage est présentement offert dans neuf villes de l'Ontario, incluant Ottawa, Toronto et Mississauga, mais l'entreprise envisage des percées sur d'autres marchés, comme ceux de Calgary, Edmonton, Vancouver, Montréal et Québec.