/regional/montreal/montreal

Une Coupe du monde only in English à Montréal?

Christopher Nardi | Agence QMI

Affichage unilingue anglais, nom des stades changés et exemption de taxes municipales; voilà ce que pourrait imposer l’organisateur de la Coupe du monde de soccer à Montréal si la ville reçoit des matchs en 2026.

«Le Journal de Montréal» a mis la main sur la copie du Host City Agreement (entente avec la ville hôte) signée par l’administration de Valérie Plante au début de l’année et transmise à la Fédération internationale de football association (FIFA).

Dans le document de plus de 100 pages, l’organisation dicte à la ville ce à quoi elle s’attend si la métropole veut accueillir ne serait-ce qu’un match de la Coupe du monde dans huit ans.

«La Coupe du monde est un très bel événement [...] Mais lorsqu’on remarque qu’il y a des clauses assez contraignantes qui peuvent limiter l’essor, c’est inquiétant, avertit le chef de l’opposition à Montréal, Lionel Perez. Il ne faut pas donner un chèque en blanc à la FIFA.»

En anglais seulement?

Il se peut par exemple que le matériel promotionnel pour l’événement et l’affichage autour du Stade soit uniquement en anglais.

«En principe, les références à la ville hôte seront en anglais», indique l’entente. Mais la ville peut faire une demande pour ajouter le français. La FIFA se réserve le droit d’étudier la demande «avec aucune obligation d’utiliser la langue locale».

«La Ville de Montréal, en collaboration avec ses partenaires, a sensibilisé le comité UNIS 2026 (Canada, États-Unis, Mexique) à la question de l’usage du français pour le marché montréalais et québécois [...] Nous sommes confiants que des représentations seront faites dans ce sens auprès de la FIFA en prévision du tournoi de 2026», indique une porte-parole de la ville, Gabrielle Fontaine-Giroux.

Les nombreuses impositions de la FIFA dans l’entente n’inquiètent toutefois pas l’experte en politique municipale Danielle Pilette.

Comme les Olympiques

«Ce genre d’entente apporte des contraintes qui ressemblent un peu à celles qu’impose le Comité olympique international lors de la tenue des Jeux olympiques dans une ville. Sauf que pour les Olympiques, les langues officielles sont plus diversifiées», explique la professeure à l’UQAM.

«Les contraintes semblent en grande partie gérables sans trop de dommages. Et les bénéfices en notoriété internationale de Montréal et en gain de confiance internationale peuvent être grands», continue-t-elle.

Même son de cloche à la ville, où on vante l’importance sur la scène internationale d’une ville qui participe à la Coupe du monde.

«Accueillir la Coupe du monde de la FIFA 2026 représenterait 30 jours de festivités qui intensifieraient la saison touristique à Montréal en attirant des gens de partout. La couverture médiatique de l’événement contribuerait à placer Montréal au cœur de l’actualité sportive mondiale pour la période concernée.»7 demandes de la FIFA aux villes hôtes

Les partenaires commerciaux de la FIFA auront une reconnaissance gratuite et un accès illimité à presque tout le site (marchandise, matériel promotionnel, concessions), etc.

La Ville doit s’assurer qu’il n’y a aucune publicité de compétiteurs autour des sites de compétition. Cela s’étend même à l’espace aérien.

C’est la FIFA, et non pas la Ville, qui décidera du nom officiel du stade de soccer et des sites d’entraînement.

La Ville ne doit pas faire promouvoir davantage un autre événement sportif que les matchs de la FIFA dans l’année qui précède la Coupe du monde.

Aucun événement culturel important ne peut être organisé le jour avant, le jour même, ou le jour suivant un match.

La Ville doit rendre la ville «la plus attirante possible» durant la compétition, couvrant et décorant par exemple les chantiers de construction.

La Ville doit exempter la FIFA de toutes taxes municipales.

Dans la même catégorie