/news/culture

Robert Lepage au cœur d'une nouvelle controverse

Michel Jean | TVA Nouvelles et Agence QMI 

Stevens Leblanc / Agence QMI

Devant une nouvelle controverse qui pointe à l’horizon en raison cette fois de la distribution d’une production sur «l’histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones», l’homme de théâtre québécois Robert Lepage, ainsi que sa collègue française Ariane Mnouchkine, offrent à leurs critiques de les rencontrer jeudi à Montréal.

Cette invitation au dialogue de M. Lepage et Mme Mnouchkine survient dans la foulée d’une lettre d’opinion signée par des artistes et professionnels autochtones - et par des alliés cosignataires – dans laquelle ils déplorent que la production «Kanata» qui sera présentée en France à la fin de l’année et au Québec l’an prochain ne comporte aucun acteur autochtone.

La réalisatrice abénakise Kim O'Bomsawin, signatrice de la lettre, se réjouit de la réaction de Robert Lepage. «On ne veut pas nuire au projet, on veut ouvrir le dialogue», a-t-elle dit à TVANouvelles.ca. On n'est pas en guerre, on veut juste comprendre la démarche et voir ce qu'ils ont l'intention de faire.»

Madame O'Bomsawin espère que Robert Lepage et Ariane Mnoucshkine, qui vient à Montréal spécifiquement pour rencontrer les signataires de la lettre, expliqueront leur démarche et surtout, pourquoi aucun artiste autochtone n'a été retenu.

«Peut-être qu'ils ont cherché sans trouver, ça se peut. Mais on veut qu'ils nous expliquent», poursuit la cinéaste autochtone. C'est d'autant plus important, que le spectacle d'Ex Machina aborde deux thèmes extrêmement sensibles, les pensionnats autochtones et les femmes assassinées ou disparues.»

Robert Lepage a été invité comme metteur en scène par Mme Mnouchkine du Théâtre du Soleil, à Paris, pour la production «Kanata», et sa compagnie, Ex Machina, de Québec, en est coproductrice.

«Ariane Mnouchkine et Robert Lepage ont lu attentivement la lettre ouverte publiée samedi dans Le Devoir au sujet du spectacle Kanata, souligne un communiqué d’Ex Machina transmis aux médias dimanche soir. Ils proposent aux cosignataires de cette lettre de se joindre à eux le jeudi 19 juillet à Montréal pour une rencontre de dialogue.»

Par ailleurs, dans le même communiqué, la compagnie de théâtre de Québec dit profiter de l’occasion «pour annoncer que, devant l’ouverture à un dialogue affichée par le collectif SLĀV Résistance lors de sa plus récente conférence de presse, Robert Lepage s’engage à les rencontrer eux aussi avant une prochaine diffusion du spectacle».

La pièce SLĀV, «une odyssée théâtrale à travers les chants traditionnels afro-américains, des champs de coton aux chantiers de chemins de fer, des chants d’esclaves aux chansons de prisonniers», a été au centre d’une controverse lors de sa présentation au Théâtre du Nouveau Monde lors du Festival international de jazz de Montréal.

Des manifestants, notamment des membres du collectif SLĀV Résistance, revendiquant une meilleure représentation des minorités sur la scène artistique québécoise, ont amené l’organisation du Festival de jazz à retirer la pièce de l’affiche. L’affaire a soulevé les passions au Québec ces dernières semaines.