/regional/montreal/montreal

Des commerçants aux prises avec des itinérants vulgaires et agressifs

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Des commerçants de l’avenue Mont-Royal Est, dans le secteur de la rue Drolet, qui se disent aux prises cet été avec une clientèle d’itinérants irrespectueux, vulgaires et agressifs, réclament rapidement l’intervention de la Ville de Montréal.

Pas plus tard que jeudi soir, Miguel Aguilar du restaurant Pintxo affirme avoir été agressé par une sans-abri vraisemblablement en état d’ébriété qui ne voulait pas être filmée par le restaurateur.

M. Aguilar tenait à filmer la scène où on les voit consommer de l’alcool à toutes heures du jour afin d’informer les autorités de la situation.

«Ils pigent dans les assiettes, ils volent nos ustensiles, ce sont des armes, des couteaux à viande et des fourchettes. Ils se mouchent avec des "napkins". Un de mes clients a reçu des sardines, on lui a "pitché" dessus», a-t-il expliqué en entrevue à TVA Nouvelles.

capture d'écran | TVA Nouvelles

capture d'écran | TVA Nouvelles

Cette attitude se reflète aussi envers ses employés.

«Quand on essaie de leur demander de s'en aller, c'est violent, c'est de gros mots, dit M. Aguilar. Je ne les dirai pas à la télé, mais c'est vraiment de l'agression verbale vers mes employés. Mes employés sont vraiment, vraiment à bout.»

Une présence d’itinérants que plusieurs commerçants qualifient de dérangeante et particulièrement nuisible à leurs affaires.

Une serveuse du bar Plan B a également été témoin de gestes déplorables. «On en a qui ont uriné dans l’entrée du bar, entre les deux portes, alors qu’il y avait de la clientèle. Une itinérante a levé son chandail hier et a montré ses seins à des clients sur une terrasse pas loin d’ici», a-t-elle détaillé.

Certains clients ont aussi eu maille à partir avec les itinérants qui auraient trouvé refuge dans un stationnement de la rue Drolet.

Le groupe d’itinérant est reconnu et connu dans le secteur. Ils sont issus du Grand Nord québécois.

Vendredi, après la diffusion du reportage de TVA Nouvelles, des policiers du SPVM sont intervenus, demandant poliment aux sans-abri de ne pas flâner dans le secteur. À noter, le poste de quartier 38 compte quatre agents sociocommunautaires.

Après l'intervention du SPVM, certains itinérants étaient tout de même de retour au même endroit en fin d’après-midi.

-D’après les informations d’Yves Poirier