/sports/homepage

Ancien gagnant du trophée Heisman

Johnny Manziel échangé aux Alouettes de Montréal

Mathieu Boulay | Agence QMI

Avec un seul gain à leurs cinq premiers matchs, les Alouettes de Montréal ont tenté de donner un électrochoc à leur saison, en fin de journée dimanche, en faisant l’acquisition du quart vedette Johnny Manziel des Tiger-Cats de Hamilton.

En plus de Manziel, les Alouettes ont mis la main sur les joueurs de ligne offensive Tony Washington (international) et Landon Rice (national). Pour leur part, les Tiger-Cats ont reçu le joueur de ligne défensive Jamaal Westerman, le receveur Chris Williams et deux choix de première ronde en 2020 et 2022.

C’est une transaction qui répond à deux besoins criants chez les Alouettes depuis le début de la campagne: avoir un quart qui peut enfin transporter l’attaque sur ses épaules et améliorer la ligne offensive qui connaît toutes sortes d’ennuis.

Manziel n’avait pas encore joué pendant la saison régulière avec les Tiger-Cats. Cependant, il avait très bien paru lors des deux matchs préparatoires de son équipe en complétant 21 de ses 31 passes (67,7 %), dont une qui avait mené à un touché. Au sol, il avait amassé 19 verges en six courses.

Il y a un facteur qu’il ne faut pas négliger dans la venue de «Johnny Football» à Montréal. L’entraîneur-chef des Alouettes Mike Sherman est celui qui l’avait persuadé de se joindre aux Aggies de Texas A & M au moment de faire le saut dans la NCAA. Un lien de confiance se serait donc développé entre les deux hommes.

Sherman a eu son mot à dire dans cet échange. C’est indéniable. Il a possiblement rassuré le directeur général Kavis Reed et le propriétaire Bob Wetenhall au sujet de Manziel. L’homme de football connaît très bien le «moineau» qui a la réputation d’avoir un caractère fort et qui aime faire la fête. Il doit aussi penser qu’il peut exploiter le plein potentiel de l’ancien joueur de la NFL.

Un prix à payer

C’est bien beau Manziel, mais les Alouettes ont donné beaucoup pour un pivot qui n’a pas encore joué une séquence à l’attaque en saison régulière dans la Ligue canadienne de football (LCF).

Westerman et Williams, qui avaient été acquis par le biais du marché des joueurs autonomes, étaient les deux meilleurs joueurs de cette équipe en 2018.

Westerman semblait enfin être l’ailier défensif idéal pour compléter le vétéran John Bowman. Il avait obtenu trois sacs en cinq matchs.

Pour ce qui est de Williams, il était le meilleur receveur des Alouettes avant qu’il ne subisse une blessure à une cuisse contre Ottawa avant la semaine de repos. Sa rapidité donnait une dimension qui manquait aux Alouettes depuis quelques années.

Une meilleure protection

Il ne faut pas oublier que les Alouettes ont reçu deux joueurs de ligne offensive en Tony Washington et Landon Rice. Ce n’est pas une cachette à travers la ligue: la ligne à l’attaque des Alouettes est un maillon faible de l’équipe.

Après Tyler Johnstone, Kavis Reed a obtenu un autre bloqueur partant en Washington. Pour ce qui est de Rice, il amène une profondeur au poste de garde.

Ces deux acquisitions ne feront pas de mal. Samedi, à Calgary, les quarts des Alouettes ont encore été malmenés du début à la fin de la rencontre. Si Manziel veut pouvoir lancer le ballon au bon endroit, il devra avoir du temps pour s’exécuter.