/news/society

Commerçants exaspérés

Un refuge pour itinérants sur le Plateau, la solution?

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Deux jours après la diffusion d'un reportage à TVA Nouvelles faisant état du mécontentement de restaurateurs du Plateau Mont-Royal à l'égard d'itinérants inuits, certains intervenants du milieu communautaire croient plus que jamais à la pertinence d'un centre de jour pour sans-abris dans l'arrondissement.

À LIRE ÉGALEMENT

Des commerçants aux prises avec des itinérants vulgaires et agressifs

Au cours des dernières semaines, des citoyens et commerçants du secteur ont exprimé des réticences à l’implantation d’une telle ressource, notamment en matière de cohabitation. Une pétition a même circulé à ce sujet.

Mais il y a aussi des appuis pour la venue du centre de jour La Porte Ouverte, qui quittera Westmount pour s'établir d'ici le début de l'automne à l'église Notre-Dame-de-la-Salette, sur l'avenue du Parc.

L'organisme servira des repas, offrira des services d’accompagnement psychosocial. Il y aura aussi des douches à la disposition des itinérants.

Annie Roussy-Ste-Croix est une jeune Inuite qui demeure à Montréal. Des membres de sa famille sont en situation d’itinérance,

«C’est dur, et j’essaie de les aider le mieux que je peux», confie-t-elle, en entrevue avec TVA Nouvelles.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle s’est auparavant impliquée dans la patrouille de rue Wolf Pack, un groupe de bénévoles qui agit sur le terrain auprès de la communauté, leur offrant divers services et du soutien.

La jeune femme de 19 ans est maintenant bénévole à l’organisme La Porte Ouverte. Elle est convaincue que le déménagement de l'organisme dans l’arrondissement est plus justifié que jamais.

«Sur le Plateau, il n’y a pas vraiment de ressources pour les Inuits et les itinérants. Avec La Porte Ouverte, on a beaucoup de ressources qui pourraient les aider», estime-t-elle.

Les itinérants d’origine inuite représentent environ 40 % de la clientèle de l’organisme.

Dans la même catégorie