/news/world

Festival cauchemardesque aux Bahamas : l'organisateur passe un accord

Agence France-Presse

L'organisateur d'un luxueux festival aux Bahamas qui avait viré au cauchemar a conclu mardi un accord avec le gendarme américain des marchés financiers (SEC), qui l'accusait d'avoir extorqué au moins 27,4 millions de dollars à des investisseurs.

Billy McFarland, l'entrepreneur de 26 ans à l'origine de cet événement, a reconnu avoir sollicité plus d'une centaine de personnes pour financer ce festival en «gonflant frauduleusement des indicateurs clés sur les opérations, les finances, et le succès de ses entreprises, ainsi que sur son propre succès», peut-on lire dans un communiqué de la SEC.

Il aurait notamment, selon le régulateur, présenté un relevé affirmant qu'il possédait pour 2,5 millions de dollars d'actions alors qu'il n'en possédait que 1 500 dollars.

Le Fyre Music Festival a été annulé dès son premier jour, le 28 avril 2017, après que des centaines d'amateurs de musique et de fête — certains ayant déboursé jusqu'à 100 000 dollars pour les offres VIP — eurent découvert, en arrivant dans l'archipel, des tentes d'hébergement d'urgence et des sandwiches rudimentaires, loin du luxe promis.

L'argent levé auprès des investisseurs a surtout servi, selon la SEC, «à financer le somptueux train de vie» de M. McFarland, comme la location d'un appartement de luxe à Manhattan, des fêtes avec des célébrités et des voyages en avion privé.

Il avait été arrêté en juillet 2017 et remis en liberté sous conditions. Il a plaidé coupable en mars à deux chefs d'accusation dont fraude bancaire.

Il a de nouveau été arrêté en juin 2018, accusé de vente frauduleuse de billets pour des événements importants comme le festival californien de Coachella.

Selon l'accord conclu avec la SEC, M. McFarland va restituer 27,4 millions de dollars, qui correspondent à l'argent qu'il a déjà accepté de verser dans le cadre d'une procédure au pénal.

Le directeur marketing de ses entreprises ainsi qu'un sous-traitant ont accepté de payer à la SEC des amendes de respectivement 35 000 et 15 000 dollars sans toutefois admettre ni réfuter leur culpabilité.

Une plainte en nom collectif pour tous ceux qui avaient acheté des billets a été déposée en mai 2017 devant un tribunal fédéral de Californie, réclamant des dommages et intérêts d'au moins 100 millions de dollars.

Dans la même catégorie