/news/culture

Brigitte Boisjoli : «J’ai réalisé un de mes rêves!»

Samuel Pradier | Agence QMI

 - Agence QMI

ART-BRIGITTE BOISJOLI ET LUC PLAMONDON

THE PHANTOM OF THE OPERA

Sébastien St-Jean / Agence QMI

L’été n’est pas vraiment synonyme de vacances pour Brigitte Boisjoli, qui a de nombreux spectacles à son agenda, mais elle varie le plaisir en alternant entre «La caravane country» et le répertoire de Patsy Cline ou de Plamondon. Début juillet, elle a toutefois réalisé un rêve lors d’un spectacle où elle a chanté, accompagnée d’un orchestre symphonique.

Ce n’était pas une première, mais Brigitte Boisjoli avait hâte de renouveler l’expérience.

«Ça faisait au moins 15 ou 16 ans que je n’avais pas chanté avec un orchestre symphonique. J’ai réalisé un de mes rêves en étant accompagnée par l’Orchestre symphonique de Longueuil. Le chef d’orchestre, Marc David, est exceptionnel. Avec lui et les musiciens, je suis véritablement “tombée en amitié”.»

Se produire avec une cinquantaine de musiciens est une expérience vraiment intéressante, selon la chanteuse. «Quand toutes les cordes embarquaient derrière moi, je me sentais comme soulevée. C’était vraiment intense; je ne m’attendais pas à ressentir tout ça. Même si le répertoire était principalement des chansons de Patsy Cline, on a aussi interprété ‘‘L’amour existe encore’’ (Luc Plamondon), avec un arrangement de cordes impressionnant. Je pleurais véritablement à la fin. C’est vraiment venu me chercher.»

Ce genre de spectacle demande une attention particulière à la chanteuse. «On dépend beaucoup du chef d’orchestre dans ce genre de soirée. C’est un gros bateau, et quand on chante, on fait partie du bateau. Tout le monde s’écoute et respire en même temps. C’est très différent quand je chante avec mon groupe. Mes musiciens me suivent et m’accompagnent, et ils me connaissent bien. Avec un orchestre de cette ampleur, on est tous ensemble. Je ne chante pas les yeux fermés, je regarde souvent le chef. On est plus dans l’échange. C’est très intéressant comme façon de travailler; j’ai vraiment tripé.»

Une mémoire incroyable

Brigitte Boisjoli renouvellera l’expérience avec un autre orchestre et un autre répertoire en mars prochain. «Je vais chanter le répertoire de Plamondon avec l’Orchestre symphonique de Québec, mais les arrangements seront complètement refaits. Ça donnera des couleurs différentes aux chansons, et ça sera une surprise pour moi.»

Plusieurs journées de répétition sont d’ores et déjà au programme pour que Brigitte puisse se familiariser avec les nouveaux arrangements. «J’apprends à l’oreille depuis que je suis toute petite. J’ai une mémoire incroyable et je la travaille beaucoup. Quelqu’un me dit une chose une fois, et je l’applique immédiatement. C’est bien parce que, avec un orchestre, il est difficile de faire recommencer 52 personnes parce qu’on s’est trompé. Dans ce genre de projet, on est toujours dans l’échange, on se regarde beaucoup. En même temps, les musiciens sont habitués à jouer avec toutes sortes d’artistes issus de styles différents. Je suis vraiment en confiance; c’est toujours le fun.»

Repos au Saguenay

D’ici là, Brigitte Boisjoli a quand même fait une place dans son horaire pour une petite semaine de vacances à la fin du mois de juillet. «Je ne peux pas juste travailler, je veux aussi avoir du temps de qualité avec Charlie et mon chum. On risque d’aller au Saguenay parce que mon chum a de la famille là-bas, et ils ont un chalet. On va rester au bord de l’eau. Ils ont aussi un bateau; on va donc en profiter.»

Et même si elle est toujours débordante d’énergie, la chanteuse avoue que, depuis qu’elle est devenue maman, elle a aussi besoin de se reposer. «Depuis que j’ai Charlie, c’est possible pour moi de ne rien faire de la journée. (rires) Maman est parfois un peu fatiguée. Je me lève tous les matins pour Charlie, peu importe l’heure où je me couche. Je peux vous dire que maman appréciera ses vacances!»

Dans la même catégorie