/news/society

Une équipe du Nunavik se voit interdire le port de l’uniforme de sa région

TVA Nouvelles et Agence QMI

Une équipe de jeunes joueuses de volleyball originaires du Nunavik s’est vu interdire le port de l’uniforme aux couleurs de sa région pendant la cérémonie d’ouverture des Jeux du Québec, vendredi, à Thetford Mines, mais a malgré tout porté ses couleurs régionales.

Les adolescentes âgées de 12 à 16 ans se sont déplacées aux Jeux de Thetford Mines à titre d’équipe invitée et ont été jumelées à la délégation de la région de Chaudière-Appalaches. Lorsqu’elles se sont présentées, l’organisation des Jeux du Québec leur a indiqué qu’elles devaient revêtir les couleurs de la région de Chaudière-Appalaches pendant la cérémonie d’ouverture.

Selon les informations obtenues par TVA Nouvelles, il s’agit d’une décision d’image et de protocole. Le chandail d’une délégation sportive doit afficher clairement le commanditaire des Jeux et ce n’était pas le cas de l’uniforme des jeunes athlètes inuits.

Michèle Demers, directrice des communications corporatives au sein de Sports Québec, l’organisme qui est responsable de l’organisation des Jeux du Québec, a pour sa part expliqué qu’«en ce qui a trait à la tenue vestimentaire des volleyeuses lors de leur défilée durant les cérémonies d’ouverture, il a été demandé aux jeunes filles de porter le chandail de la délégation de Chaudière-Appalaches par laquelle l’équipe est parrainée afin de respecter les règlements, politiques et procédures protocolaires du Programme tout comme il l’est demandé à toute délégation invitée».

«Ça a l’air banal une histoire de chandail [...] C’est ça qui est plate parce que là il y a vraiment besoin d’ouverture [...] C’est sûr que c’est une situation parmi tant d’autres, mais là c’est un peu la goutte qui a fait déborder le vase», a expliqué l’entraîneur de l’équipe du Nunavik, Philippe Paradis, ajoutant au cours d’un entretien téléphonique subséquent que l’organisation des Jeux avait demandé à l’équipe de fournir son propre équipement sportif, dont des gilets.

Il a également déploré qu’aucune mention n’a été faite durant la cérémonie d’ouverture pour souligner la présence d’une équipe du Nunavik.

Les adolescentes et leurs familles, qui garderont un souvenir particulier de leur première participation aux Jeux du Québec, jugent qu’il s’agit de discrimination et affirment se sentir exclues par l’organisation. En participant aux Jeux, elles disent représenter leur communauté et vouloir le faire fièrement en portant leurs couleurs, ce qu’elles ont finalement fait à la cérémonie d’ouverture de vendredi.

«C'est dur de venir ici pour les jeunes. Ce sont des coûts faramineux. D'avoir accès au sport [pour elles, NDLR], c'est pratiquement impossible», a fait savoir M. Paradis.

Samedi, Sports Québec a présenté ses excuses relativement à cet imbroglio.

«Sports Québec s’est excusé pour ses lacunes de communication auprès du responsable de l’équipe du Nunavik, Philippe Paradis, a écrit Mme Demers dans une note à l’intention des médias. Les deux parties se sont assurées que la suite du séjour des jeunes athlètes soit impeccable dans l’ensemble de la logistique et dans l’intégration de filles avec la délégation de Chaudière-Appalaches.»

Au sujet de l’absence de mention de la présence d’une équipe invitée à la cérémonie d’ouverture, la corporation Sports Québec a affirmé qu’elle «ne souhaitait en aucun cas heurter les jeunes athlètes du Nunavik et reconnait qu’une mention spéciale à leur attention lors de la cérémonie d’ouverture aurait été de mise».

Cette équipe féminine du Nunavik est la seule de cette région à participer aux Jeux du Québec cette année.

Les Jeux de Thetford Mines prendront fin le 4 août.