/news/currentevents

Un parapentiste meurt lors d’un festival en Gaspésie

Arnaud Koenig-Soutière | Agence QMI

Un instructeur de parapente de 42 ans a perdu la vie après avoir été emporté par un coup de vent dans le fleuve Saint-Laurent, dimanche midi, à Mont-Saint-Pierre, en Gaspésie, où se déroulait un festival réunissant des amateurs de parapente et de deltaplane.

Le parapentiste a été incapable de rallier la piste d’atterrissage officielle prévue par l’organisation de la Fête du vol libre, possiblement en raison de conditions météorologiques changeantes.

Il aurait été forcé d’atterrir d’urgence sur des rochers aux abords du fleuve, avant qu’une rafale ne l’entraîne au large.

C’est une embarcation mise à l’eau par l’organisation pour prévenir une telle situation qui l’a rescapé des eaux et qui l’a ramené au rivage.

Des manœuvres de réanimation ont été tentées une fois à bord. L’homme a ensuite été transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté.

«Triste accident»

«C’est un triste accident. On est consternés par tout ça. On n’est pas une grosse communauté», a réagi le responsable de la Fête du vol libre, Jean-Sébastien Cloutier, qui était à bord de l’embarcation qui a rapatrié la victime sur la rive.

La Sûreté du Québec n’a pas confirmé s’il était décédé par noyade, alors que d’autres pistes sont étudiées.

Funeste première

La Fête du vol libre clôturait dimanche sa 41e édition.

L’événement se veut un « incontournable » pour les parapentistes québécois et même de l’extérieur.

Malgré la longévité de ce rendez-vous des amateurs de vol libre, le responsable ne se rappelle pas qu’un tel drame s’y soit déjà produit.

«C’est arrivé quelquefois que des pilotes aient atterri dans l’eau par mégarde ou accidentellement. Ça s’était bien déroulé dans ces histoires-là», évoque Jean-Sébastien Cloutier.

La victime était un pilote d’expérience, mais « c’est un microclimat au Mont-Saint-Pierre », pointe M. Cloutier, ce qui aurait forcé le parapentiste à toucher terre sur des rochers qui s’avancent dans le fleuve, à environ 500 mètres du point de chute officiel du festival.

«Quand les conditions ont changé, il n’avait plus de pénétration dans sa voile. À ce moment-là, on cherche l’atterrissage le plus près à notre portée», explique-t-il.

Le Festival du vol libre, qui avait débuté le 25 juillet, clôturait dimanche sa 41e édition.

Organisé par la Corporation de tourisme de Mont-Saint-Pierre, il réunit «une cinquantaine de pilotes de parapente et de deltaplane, de provenance internationale».