/regional/montreal/montreal

Le troc de vêtements de plus en plus populaire

Nadia Lemieux

 - Agence QMI

GEN-SHWAP CLUB ANNETTE NGUYEN

Nadia Lemieux / Agence QMI

Une nouvelle friperie qui propose aux adeptes de la mode d'échanger leurs vêtements tendance lors d’évènements ponctuels connaît tant de succès qu’elle est appelée à déménager dans un plus grand local après seulement quelques mois d’activité.

Au Shwap Club, situé dans le quartier Saint-Henri, chemisiers, pantalons, robes, et autres vêtements abondent sur les étalages. Tous les morceaux sont de seconde main, mais contrairement aux friperies conventionnelles, il ne faut pas débourser pour en profiter.

Le concept est simple : au coût de 12 $ la journée ou de 60 $ pour l’année, les participantes aux évènements du club peuvent prendre autant de morceaux de vêtements qu’elles en apportent. Les items disponibles à l’échange sont soigneusement sélectionnés afin de respecter les critères de tendance.

«On essaie d’aller chercher ce qui est le plus accessible à toutes, donc on est vraiment dans les trucs de base : jeans, blouses. On a des petites robes d’été, des affaires le fun pour des 5 à 7... On a ce qui rejoint la majorité», explique la fondatrice du Shwap Club, Annette Nguyen.

Elle-même friande de mode éthique, elle mentionne ne pas avoir acheté de vêtements neufs depuis huit ans, à quelques exceptions près. Au travers des années, elle a constaté que l’offre pour des vêtements usagers accessibles ne rencontrait pas la demande dans la métropole.

«On n’avait pas énormément de choix à Montréal. Oui, on a des choses très ‘’vintage’’ ou très ‘’hipster’’, mais des vêtements tendance, au goût du jour, pour la personne moyenne qui veut travailler ou pour l’étudiante, c’était plus compliqué à trouver.»

Succès

Le premier évènement Shwap a eu lieu en avril dernier dans un bar du quartier Saint-Henri. Mais, le concept a réellement pris forme début juin, avec l’ouverture d’une boutique au 4000 rue Saint-Ambroise.

Le petit local, qui peut contenir jusqu’à 1500 morceaux et une quinzaine de participantes, ne suffit déjà plus à répondre à la demande. Dès septembre, le Shwap Club déménagera donc dans un espace trois fois plus grand, toujours dans le quartier Saint-Henri. La nouvelle adresse sera dévoilée prochainement.

Si Annette Nguyen se doutait que son entreprise interpellerait de nombreuses femmes qui, comme elle, sont soucieuses de consommer autrement pour des raisons écologiques, elle n’avait toutefois pas envisagé l’ampleur qu’elle prendrait en si peu de temps.

«Je pense que ça peut vraiment être l’avenir du ‘’retail’’. On a besoin de se tourner vers un nouveau modèle. Au Shwap Club, ce qui est cool, c’est qu’on offre vraiment une alternative à la consommation usuelle», conclut-elle.

Pour connaître les dates des prochains évènements du Shwap Club, rendez-vous au www.facebook.com/shwapclub.