/news/society

9000 km en vélo à 7 et 11 ans

Alex Drouin | Agence QMI

Une mère monoparentale a parcouru 9000 kilomètres à vélo à travers le Canada et les États-Unis pour faire découvrir le monde à ses deux jeunes fils et pour leur montrer qu’il faut prendre le temps de vivre.

À la suite d’une deuxième séparation, Cynthia Castonguay, étudiante à la maîtrise en service social, a eu besoin de se recentrer sur elle et ses deux garçons, Liam Decoursay, 11 ans, et Tjakotjac Ratt-Castonguay, 7 ans.

Casser le rythme

«Il faut sortir de notre agenda et de notre rythme infernal. Des fois, on est un peu étourdi par la vie. Il faut se couper de ce qui nous entoure», a dit Mme Castonguay.

La mère de 34 ans, de Stanstead dans les Cantons-de-l’Est, a acheté trois vélos pour environ 1000 $ sur le site Kijiji et a décidé de partir à l’aventure.

Le voyage a commencé en août 2017 près de Buffalo, aux États-Unis, et s’est terminé le 20 juillet, à Val-d’Or, la ville natale de la mère. Le trio a pédalé 9000 km à travers le Canada et les États-Unis.

À l’occasion, Mme Castonguay louait une voiture pour parcourir certaines distances qu’elle ne jugeait pas sécuritaires pour ses enfants.

Sous la tente

Chaque soir, la famille installait sa tente sur des terrains de camping. Parfois, elle se faisait offrir un toit par des personnes croisées en chemin. D’ailleurs, la famille n’a pas eu réellement de coup de cœur pour une ville en particulier.

«Ce qu’on a préféré est de rencontrer des gens et de discuter de notre périple», dit-elle.

Elle se souvient qu’à Long Beach, en Californie, un prêtre lui a fortement suggéré de dormir dans les toilettes de l’église, car c’était plus sécuritaire que de passer la nuit à l’extérieur.

Pour se nourrir, la mère achetait de la nourriture sèche, comme du riz, du thon et des lentilles, toutes les semaines.

Elle se procurait des fruits tous les deux jours. Si elle n’arrivait pas à trouver une épicerie, Mme Castonguay avait toujours un pot de beurre d’arachides en cas d’urgence.

«On en a mangé du pain avec du beurre de peanuts», lance la maman en riant.

Au début du voyage, la petite famille réussissait à parcourir des distances de 30 à 40 km par jour. Vers la fin de leur périple, le trio en pédalait 80 quotidiennement.

Si la dame a choisi de parcourir l’Amérique du Nord à vélo avec ses deux garçons, qui n’étaient pourtant pas de grands sportifs, c’est pour fuir le stress et la pression de la vie quotidienne.

Mme Castonguay a estimé le coût de son voyage à environ 7000 $, provenant des économies qu’elle avait réussi à amasser.

Pendant les 11 mois du voyage, Cynthia Castonguay s’est occupée de l’éducation des enfants en enseignant le français, les mathématiques et l’histoire.

Les soirs, Liam jouait du ukulélé tandis que Tjakotjac s’adonnait au violon.

Mme Castonguay est bien heureuse d’avoir permis à ses deux enfants de visiter le Canada et les États-Unis plutôt que d’étudier la géographie dans les livres.

Dans la même catégorie