/news/currentevents

Un camion tombe sur une maison à Château-Richer

Une résidente de l’avenue Royale, à Château-Richer, a eu la peur de sa vie quand un véhicule lourd a chuté d’un ravin pour ensuite s’écraser dans sa cuisine où elle se trouvait, jeudi.

 «J’ai entendu un gros boom et tout m’est tombé dessus. Toutes mes armoires de cuisine, toute la vaisselle m’est tombée dessus. Je me suis précipitée dans le salon. Toute la maison a tremblé», décrit Suzanne Drouin, 63 ans.

Vers 11h50, un camion qui transportait de la poussière de pierre a perdu la maîtrise de son véhicule à la sortie d’un important virage sur la côte de la Chapelle qui passe tout juste derrière le duplex où elle réside.

La citoyenne qui a habité Château-Richer la majeure partie de sa vie est certaine qu’elle aurait pu y laisser sa vie. Elle raconte qu’elle voit passer plusieurs dizaines de camions derrière sa demeure tous les jours et que ce scénario catastrophique lui a déjà effleuré l’esprit auparavant. Par miracle, elle n'a pas subi une égratignure.

 «J’aurais pu y rester s’il était tombé juste un peu plus sur le toit. Il me serait tombé dessus», dit-elle, encore sonnée par les événements.

Angoisse

L’angoisse s’est poursuivie lorsque l’immeuble a cessé de vibrer. Sa porte d’entrée était condamnée et elle n’arrivait pas à sortir de son logement situé au deuxième étage.

Ce sont finalement les pompiers qui l’ont secouru à l’aide de leur échelle.

Le conducteur du camion, un homme dans la soixantaine, a été blessé, mais on ne craint pas pour sa vie, selon la Sûreté du Québec. Le corps policier n’exclut encore aucune hypothèse pour expliquer l’accident.

 «À première vue, ce pourrait être la défaillance des freins ou la vitesse, mais il est encore trop tôt pour confirmer quoi que ce soit», mentionne Louis-Philippe Bibeau, porte-parole. Une expertise sur le véhicule pourrait être demandée.

Voie de contournement réclamée

Le maire de Château-Richer, Jean Robitaille, qui était en vacances à une heure de route de la municipalité, a accouru vers les lieux de la collision.

Il avoue qu’il était déjà «très inquiet» de la configuration de la côte de la Chapelle et encore plus par le passage de nombreux camions tous les jours. Parfois, on en dénombre plusieurs centaines en moins de vingt-quatre heures. Or, le dénivelé est très important, au point où certains camions peinent à s’immobiliser complètement à l’arrêt situé au pied de celle-ci.

Les véhicules lourds proviennent essentiellement de deux carrières et de sablières situées au nord de la municipalité, mais aussi de chantiers de constructions résidentielles.

M. Robitaille, qui en est à son premier mandat, s’est fait élire en partie en s’engageant à réaliser une voie de contournement pour les camions.

 «Moi, je demeure ici depuis 1965, un petit peu plus loin. C’était écrit dans le ciel qu’il y aurait un accident. On est chanceux de ne pas avoir de mort ou de blessé plus que ça. Je sympathise beaucoup avec le conducteur. Il y a une bonne étoile qui nous surveille quelque part», a-t-il exprimé au Journal.

Le chemin en question est de juridiction municipale, mais l’aménagement d’une voie de contournement est un projet de 10 millions de dollars. La municipalité espère recevoir l’aide du gouvernement et pouvoir procéder rapidement.

Une vingtaine de pompiers, une équipe d’Hydro-Québec et des enquêteurs de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) ont été mobilisés à l’endroit où l’accident s’est produit.

Vers 17 heures, jeudi, le remorquage du camion n’avait pas commencé et les employés de la ville étaient dans l’attente d’une grue de 120 pieds pour procéder à cette délicate opération. Selon le directeur du service incendie de la municipalité, il faudra peut-être attendre à vendredi pour terminer cette procédure.

- Avec la collaboration de Catherine Bouchard

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.