/news/society

Elle vise «les gens illettrés» dans ses vidéos

Figure populaire sur Facebook, Josée Rivard est reconnue pour ses tonitruants coups de gueule contre l’islam, le gouvernement ou les médias. Ses envolées acides filmées avec son téléphone cellulaire ont réussi à attirer l’attention de près de 27 000 abonnés.

«On en a plein le cul à travers le monde de vos calice de niaisages [sic]. Si vous n’êtes pas capable de vivre en société avec du monde qui vivent en liberté, ben retournez dans le calice de désert», dit Mme Rivard à l’intention des «calices de musulmans» dans une vidéo enregistrée il y a deux ans.

À LIRE ÉGALEMENT

Des médias alternatifs inquiètent

Un refuge pour les insatisfaits des «vrais» médias

«Saigner des oreilles»

C’est une déclaration-choc, mais la nationaliste assumée explique à notre Bureau d’enquête que ses propos prennent racine (elle aime beaucoup le mot «racine») dans un désir ardent de préserver sa culture.

«Moi, quand je suis au Québec, je veux vivre comme une Québécoise et ne pas me faire imposer ce que je vivais en Tunisie.»

Mais que souhaite accomplir Mme Rivard au juste? «Secouer la conscience», répond-elle.

«J’ai choisi de jouer dans le un-politically correct pour déranger la société, pour la sortir de sa léthargie de masse. C’est plate à dire, mais le monde aime saigner des oreilles.»

Un personnage

En entrevue à notre Bureau d’enquête, d’un ton posé aux antipodes de celui préconisé dans ses vidéos, Mme Rivard explique qu’à l’écran, elle joue un peu un personnage. Son public cible, admet-elle, est le Québécois peu éduqué.

«Je savais que la clientèle que je toucherais, ça serait beaucoup les gens illettrés, la classe sociale la plus basse.»

Afin de «réveiller» son auditoire, Mme Rivard répète ad nauseam que les «merdias» de masse sont des menteurs. Elle met aussi de l’avant plusieurs théories controversées: elle croit au complot des chemtrails, qui veut que les traînées blanches que produisent les avions dans le ciel contiennent des produits chimiques destinés à contrôler la population. Elle soutient aussi que le gouvernement donne le cancer «à ceux qui en savent trop».

Josée Rivard ne veut rien savoir des statistiques qui démontrent que le Québec est loin d’être en train de s’islamiser ni des rapports scientifiques qui contredisent ses propos complotistes. Elle préfère se fier à ses instincts.

«Je n’ai pas besoin d’une recherche scientifique pour voir tout ça, tu n’as qu’à bouger un peu.»

En réflexion

Est-ce qu’elle pense que ses vidéos propagent la haine ou la désinformation? Mme Rivard hésite. «Pas du tout», laisse-t-elle finalement tomber, avant de convenir que la vulnérabilité de son public cible fait en sorte que certains peuvent mal interpréter ses paroles.

Aujourd’hui, elle parle de Dieu, et avoue être en période de réflexion.

«Là, je suis rendue au stade ou j’ai dérangé assez pour faire aussi du mal, et il faut ramener le bien.»

Quelques semaines après notre entrevue, Mme Rivard a surpris son public avec une vidéo en compagnie d’une blogueuse musulmane qui porte le voile, un coup d’éclat qui a déplu à plusieurs de ses fans.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.