/regional/montreal/monteregie

Varennes

Quatre voies cyclables sur la même rue

Jean-Louis Fortin | Agence QMI 

Au moment où les villes rivalisent d’imagination pour faire plus de place aux cyclistes, Varennes vient de pousser ce concept à l’extrême. Elle a aménagé pas une, pas deux, pas trois, mais bien quatre voies cyclables parallèles sur le même boulevard.

Les résidents de cette ville de la Montérégie n’ont pas la berlue. Depuis une semaine, il y a bien quatre voies réservées aux vélos sur le boulevard de la Marine, entre les routes 132 et Marie-Victorin. Les automobilistes, eux, se contentent de deux voies.

Ce tronçon de 1,4 km nouvellement réasphalté était déjà bordé par une piste cyclable bidirectionnelle construite en site propre, depuis les années 1990.

Piste cyclacle Varennes

Jean-Louis Fortin

 

Au cours des dernières semaines, deux bandes cyclables supplémentaires unidirectionnelles ont été peintes sur le bitume de part et d’autre du terre-plein central.

Pas une erreur

Cet aménagement est parfaitement intentionnel et est là pour durer, explique Pierre-Guy Dallaire, directeur des communications de la Ville de Varennes.

Selon lui, la Ville voulait éviter les conflits entre les cyclistes plus rapides et les plus lents.

«L’ancienne piste [séparée du reste de la chaussée, à droite sur la photo], c’est pour les familles, les gens qui font du patin, les gens qui promènent leur chien, les plus jeunes», énumère-t-il.

Les cyclistes de performance et tous ceux qui sont plutôt pressés sont invités à emprunter les nouvelles bandes cyclables unidirectionnelles juste à côté.

Un trottoir destiné aux piétons borde également un côté du boulevard.

Dans chaque sens, il y a aussi une voie réservée au stationnement et une voie pour la circulation automobile. La vitesse y est limitée à 30 km/h, et des radars avec affichage électronique incitent les conducteurs à ralentir.

La Ville estime que construire des pistes cyclables en double cadre parfaitement avec sa vision du développement urbain.

«On veut favoriser davantage les déplacements actifs, et le développement des pistes cyclables fait partie des actions en ce sens-là», dit M. Dallaire.

Magali Bebronne, chargée de programme à Vélo Québec, croit que cet aménagement est «très, très bien pour les jeunes familles» qui utiliseront la piste à deux voies du côté est du boulevard.

Avis partagés

Par contre, elle juge que le résultat d’ensemble est « imparfait », parce que les cyclistes qui roulent sur les deux nouvelles bandes cyclables risquent d’être fauchés par la porte d’un véhicule stationné.

L’idéal, selon elle: «Une piste unidirectionnelle et séparée de la circulation. Il n’y aurait donc pas de risque d’avoir une porte qui ouvre sur les cyclistes».

Bon joueur, M. Dallaire reconnaît que cet aménagement inusité ne plaît pas à tous.

«C’est partagé. On reçoit des courriels plutôt négatifs, et on reçoit des courriels positifs. C’est comme ça quand on fait des changements, c’est 50 % pour, 50 % contre.»