/finance/homepage

Hydro-Québec défie le gouvernement

Alexandre Robillard | Bureau d'enquête

 - Agence QMI

Hydro-Québec doute que la nation innue aura sa juste part des profits d’un projet éolien «difficilement recommandable», mais pourtant appuyé par le gouvernement Couillard, a appris notre Bureau d’enquête.

Le président-directeur général d’Hydro-Québec, Éric Martel, a soulevé plusieurs questions sur les retombées financières du projet Apuiat, prévu sur la Côte-Nord.

Dans une lettre écrite le 6 août aux chefs innus, dont nous avons obtenu copie, M. Martel constate que les discussions sur l’achat de la production du parc éolien sont dans «l’impasse».

Selon Éric Martel, qui se plaint du manque d’information, le contrat de 25 ans sur la table ne démontre pas que les Innus vont recevoir 50 pour cent des bénéfices.

«Les données recueillies à ce jour par mon équipe ne permettent pas d’estimer la rentabilité projetée du projet et encore moins les retombées potentielles pour la communauté innue, lesquelles pourraient être faibles ou inexistantes», écrit-il dans sa lettre de trois pages.

Pertes pour Hydro

À cause de ses «coûts extrêmes», Apuiat «s’avère difficilement recommandable», selon M. Martel.

Pour ce projet, la Nation innue s’est associée aux entreprises privées Boralex et Société renouvelable Canada.

Au-delà des questions sur les retombées réelles du projet, M. Martel rappelle que le contrat d’une durée de 25 ans surviendrait alors qu’Hydro est «aux prises avec des surplus énergétiques importants».

Pour cette raison, le tarif de l’électricité achetée à Apuiat pourrait lui occasionner des pertes financières estimées «entre 1,5 milliard $ et 2 milliards $ sur la durée du contrat», qui doit être conclu de gré à gré.

Se trouvant «à l’extérieur du bureau», M. Martel propose aux Innus de rencontrer le président d’Hydro-Québec Production, David Murray, «pour dénouer l’impasse».

Un porte-parole de la Nation innue, Serge Ashini Goupil, s’est refusé à tout commentaire sur les discussions en cours à propos d’Apuiat.

Dans sa lettre, M. Martel indique qu’il en a transmis une copie, entre autres, au premier ministre Philippe Couillard et au ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau.

Selon la porte-parole du ministre, Catherine Poulin, le gouvernement a donné un «appui indéfectible à ce projet».

«C’est une priorité» a-t-elle dit sans fixer d’échéancier, mais en soulignant «les importantes retombées» du projet.

Ça ne tourne pas rond

Décembre 2015

Le ministre des Ressources naturelles d’alors, Pierre Arcand, annonce un partenariat entre le gouvernement, Hydro-Québec et la nation innue pour un projet éolien.

Septembre 2016

Les Innus s’associent à Boralex pour le projet de 200 MW qui compterait de 48 à 57 éoliennes.

Février 2018

Les promoteurs du projet s’impatientent devant les négociations qui stagnent avec Hydro-Québec.

Mai 2018

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau, renouvelle l’appui à ce projet «de développement économique et social pour les communautés».

Juillet 2018

Le chef caquiste François Legault juge le projet «inutile et ruineux» en raison des surplus d’Hydro-Québec.

Août 2018

Le CA d’Hydro-Québec doit décider d’un jour à l’autre si le contrat de gré à gré est approuvé ou non.

Dans la même catégorie