/regional/montreal/montreal

STM

Montréal mise sur le covoiturage

Étienne Paré | Agence QMI

Sarah Bélisle/Agence QMI

La Société de transport de Montréal (STM) allongera en septembre sa voie réservée sur la rue Sherbrooke, entre l’avenue Haig et la rue Parthenais, non seulement pour les autobus, mais aussi pour les taxis et les véhicules ayant au moins un passager à bord.

Un tronçon leur sera réservé en direction ouest du lundi au vendredi, de 6h30 à 9h30, et de 15h30 à 18h30, vers l’est, a annoncé la STM mercredi.

«Ça a été la bonne nouvelle de la journée», a lancé Marc-Antoine Ducas, président fondateur de Netlift, une application de covoiturage utilisée par environ 5000 personnes.

«Beaucoup de nos clients partent de Boucherville pour aller au centre-ville. Avec la nouvelle voie réservée, ils vont gagner entre 15 et 20 minutes chaque fois», a-t-il calculé, convaincu que l’initiative de la STM en amènera d’autres à voyager avec des passagers.

Encore peu populaire

Pour l’heure, le covoiturage demeure marginal au Québec, comparativement à l’Europe, par exemple.

«Comme je dis toujours, si les gens n'ont pas la preuve qu'ils seront moins longtemps dans le trafic, ils ne covoitureront pas», a dit Marc-Antoine Ducas, qui rêve d'implanter une voie réservée au covoiturage sur l'autoroute 13.

En plus du prolongement de la voie réservée sur Sherbrooke, la STM en implantera une sur le boulevard de la Côte-Vertu à compter de l'automne. Cela portera à cinq le nombre de voies réservées qui incluent les véhicules avec passagers à Montréal. Seuls les autobus peuvent utiliser les 35 autres tronçons réservés.

«En favorisant le partage, ça permet de réduire l'auto solo et le trafic. Mais pour ajouter des voies comme celles sur Sherbrooke et Côte-Vertu, il faut que ça vaille la peine», a indiqué Isabelle Tremblay, porte-parole de la STM.

Inciter

M. Ducas aimerait que la Ville ait encore plus loin en y allant des «incitatifs» au covoiturage.

«Ici, ce n'est pas dans notre culture. Il n'y a pas de péages, il n'y a pas une grosse taxe sur l'essence, les stationnements ne sont pas chers et sont disponibles... Il faut que conduire seul devienne un privilège», a-t-il laissé tomber.