/regional/estduquebec/basstlaurent

Projet éolien Apuiat

Philippe Couillard appelle à la négociation

Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

Le premier ministre Philippe Couillard appelle les partis à poursuivre les négociations dans le dossier du projet éolien Apuiat sur la Côte-Nord. Notre Bureau d'enquête révélait mercredi matin qu'Hydro-Québec doute que la nation innue aura sa juste part des profits pour ce parc éolien.

Dans une lettre envoyée aux chefs innus par le président de la société d'État, on y apprend que le projet est difficilement recommandable puisqu’Hydro-Québec doute de sa rentabilité.

Le projet Apuiat, une collaboration entre Boralex et des communautés innues, vise la construction de 57 éoliennes qui pourraient produire jusqu'à 200 mégawatts.

Hydro-Québec ne ferme pas la porte à ce projet dans cette lettre, mais demande des informations supplémentaires.

«Cette lettre permet de faire le point. Il nous manque des informations. On a besoin de les avoir. On est un peu dans une impasse dans le sens-là, dans la limite où on n’obtient pas ces informations, c’est difficile pour nous de recommander [le projet], mais du moment où on leur envoie cette lettre, on a une bonne collaboration quand même, on est certain qu’on va obtenir des précisions. À partir de là, les échanges vont se poursuivre de façon constructive», a dit Serge Abergel d’Hydro-Québec.

Le gouvernement Couillard appuie ce projet. Il a réitéré mercredi matin que ce serait une erreur stratégique grave de passer à côté de ce développement. Il invite les partis à poursuivre les négociations.

«Si on veut faire d’autres projets de développement sur la Côte-Nord, on a besoin de donner aux Premières Nations un signal clair que leur vitalité économique à eux autres également est importante pour nous et que l’amélioration des conditions de vie dans leurs communautés est importante pour nous. Alors, c’est pour ça que je vais continuer d’insister sur ce projet-là. La façon de faire, ce n’est pas des dictas, c’est d’engager les gens à la négociation», a indiqué le premier ministre Couillard.

Sur la Côte-Nord, l'impasse dans les négociations ne surprend pas la Chambre de commerce de Port-Cartier. Son président croit que le projet est rentable.

«Moi, ça fait au-dessus de 30 ans que je suis sur la Côte-Nord. Je n’ai jamais vu un projet avec Hydro-Québec, qu’Hydro-Québec était d’accord avec ça. Il y a toujours fallu dans tous les projets que le gouvernement oblige Hydro-Québec de faire le projet», a dit Michel Gignac, président de la Chambre de commerce de Port-Cartier.

Dans la même catégorie