/finance/homepage

Toujours à la hausse

Le taux de postes vacants atteint de nouveaux sommets au Québec

Agence QMI

Le taux de postes vacants au Québec a continué d’augmenter au deuxième trimestre de 2018, atteignant 3,9 %. À l’échelle du Canada, ce taux atteint 3,1 %, le plus élevé jamais enregistré par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) depuis qu'elle a commencé à publier son rapport «Postes à pourvoir», en 2004.

La FCEI estime que 397 400 postes sont demeurés inoccupés pendant au moins quatre mois au Canada. «Si le taux de postes vacants continue de grimper à l'échelle du pays, c'est surtout parce que 109 600 postes sont à pourvoir au Québec, ce qui le tire vers le haut», a déclaré Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche nationale à la FCEI.

Le taux déjà élevé du Québec a enregistré la plus forte hausse, s'établissant à 3,9 %, «près de la barre des 4 % qu'avait franchie l'Alberta à l'apogée de son boom pétrolier et gazier entre 2006 et 2008», peut-on lire dans le rapport de la FCEI.

En Colombie-Britannique et en Ontario, les taux restent élevés (3,4 % et 3,0 % respectivement) mais ils ont légèrement reculé par rapport au premier trimestre.

Les taux les plus faibles sont encore à l'Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve-et-Labrador et en Saskatchewan, où ils sont d'ailleurs à la baisse.

C’est le secteur des services personnels qui a affiché le plus haut taux de postes vacants au pays, soit 4,8 %, suivi de la construction (3,8 %) et du transport (3,4 %). Le taux a augmenté dans les secteurs du transport, du commerce de gros et des services professionnels, tandis qu'il a baissé dans les secteurs de la restauration/l'hébergement et des services aux entreprises. Dans les autres secteurs, il est demeuré stable.

Dans la même catégorie