/news/world

Californie

Elle découvre que son père n’est pas le bon en faisant un test d’ADN

TVA Nouvelles

Une Américaine a découvert, en faisant un test d’ADN acheté sur Internet, que celui qu’elle croyait être son père n’avait finalement aucun lien génétique avec elle.

«Mon père était allemand et ma mère était anglo-écossaise», croyait initialement Linda Ketchum, qui vit à Glendale, en Californie.

La mère de huit enfants avait reçu un test d’ADN de la compagnie AncestryDNA pour Noël.

«Je pensais que ce serait amusant d’apprendre un peu plus sur mon appartenance ethnique génétique, de voir comment toutes les pièces étaient réunies», a raconté Mme Ketchum, rencontrée par le New York Post.

Lorsqu’elle est allée consulter la banque de données d’AncestryDNA, l’Américaine a constaté avec surprise qu’elle n’avait pas de lien génétique avec son père.

Fait encore plus surprenant, la plupart des personnes reliées à elle avaient des noms hispaniques.

«Au début, je n’y croyais pas. Mais j’ai continué de vérifier et j’ai réalisé que ça voulait dire que j’étais hispanique», a raconté la femme.

«Toutes ces années, j’ai pensé que j’avais des racines allemandes du côté de mon père. Mais soudainement, je me suis rendu compte que mon père n’était pas mon père et que mon appartenance ethnique n’était pas la bonne», a ajouté Linda Ketchum.

À 51 ans, la femme venait de perdre tous ses repères. «Je me regardais dans le miroir et je ne savais plus qui j’étais. Es-tu mon cousin?», avait-elle envie de demander à tous les Hispaniques qu’elle croisait dans la rue.

Ses deux parents étant décédés, il était difficile pour Mme Ketchum d’obtenir des réponses à ses questions.

La mère de famille a toutefois découvert l’identité de son père biologique. Bill Chavez, qui vivait dans l’État du Nouveau-Mexique, est décédé quand l’Américaine avait 17 ans.

«Je n’arrête pas de me demander ce que ma vie aurait pu être si j’avais su tout ça avant», a confié Mme Ketchum au New York Post.

L’Américaine a rejoint un groupe sur Facebook pour communiquer avec d’autres personnes qui ont fait des découvertes-chocs grâce à des tests d’ADN.

«Je n’avais pas réalisé qu’il y avait autant de personnes dans la même situation que moi. Partout à travers les États-Unis, les tests d’ADN révèlent des secrets de famille», a-t-elle conclu.