/sports/homepage

Coupe Rogers

Simona Halep et Sloane Stephens passent en finale

Agence QMI

Faisant fi d’un horaire plutôt difficile cette semaine à la Coupe Rogers, la Roumaine Simona Halep, numéro un mondiale, s’est qualifiée pour la finale en disposant, samedi après-midi, de l’Australienne Ashleigh Barty.

Halep a vaincu son adversaire, 15e tête de série et 16e au monde, en deux manches de 6-4 et 6-1. En plus de multiplier les fautes directes, Barty a manqué d’opportunisme dans ce match, réalisant un bris en sept occasions.

Cette victoire en demi-finale survenait à la suite d’un gain obtenu en soirée, la veille, contre la Française Caroline Garcia.

«Si l’on regarde l’horaire, je suis la joueuse qui a le pire calendrier cette semaine, avait estimé Halep, vendredi soir, lors de son point de presse. Je crois que la WTA a une dent contre moi, car elle essaie toujours de me rabaisser. Je suis très fâchée. Je ne me plains jamais des horaires. Mais aujourd’hui, c’est assez!»

Stephens en mission

L’Américaine Sloane Stephens, troisième raquette mondiale, a aisément vaincu l’Ukrainienne Svitolina en deux manches de 6-3, samedi, à la Coupe Rogers de Montréal.

Avec cette victoire, Stephens rejoint la numéro un mondiale Simona Halep en finale.

La gagnante a débuté le match en lion, en remportant les quatre premiers jeux de la rencontre. Largement en retard, Svitolina a finalement montré signe de vie et les spectateurs montréalais ont eu droit à du bien meilleur tennis, mais c’était trop peu trop tard pour la cinquième raquette mondiale.

Le deuxième set également été rapidement à l’avantage de l’Américaine. Celle-ci a d’ailleurs brisé le service de son adversaire dès le troisième jeu. Plus la manche avançait et plus Svitolina ne semblait pas en mesure de trouver des solutions.

Pour sa part, Stevens a maintenu la cadence et a enchaîné les coups gagnants.

Il s’agit de la première participation en finale pour Stephens à la Coupe Rogers. L’an passé à Toronto, elle avait baissé pavillon en demi-finales.