/news/world

«Un homme brisé» : le mécanicien «suicidaire» s’est confié à la tour de contrôle

Agence France-Presse

Le mécanicien «suicidaire» qui a volé un bimoteur avant de s'écraser dans la baie de Seattle, vendredi, est apparu tour à tour surexcité, confus, calme et honnête dans sa conversation avec la tour de contrôle.

À LIRE ÉGALEMENT

Un mécanicien «suicidaire» vole un avion vide et s'écrase

L'homme de 29 ans, identifié comme «Rich» ou «Richard», a fait décoller l'appareil, dans lequel ne se trouvait aucun autre passager, de l'aéroport de Seattle-Tacoma. Il est mort quand l'avion s'est écrasé au bout de 90 minutes de vol, après avoir effectué quelques figures acrobatiques.

Les services du shérif l'ont rapidement qualifié de «suicidaire». Un enregistrement audio de sa conversation avec les aiguilleurs du ciel brosse un portrait complexe (à écouter dans la vidéo au haut de l'article).

«Rich» dit d'abord d'un ton neutre qu'il a mis assez de carburant dans l'avion «pour aller voir les montagnes olympiques» (massif montagneux situé dans l'État de Washington près de la frontière canadienne), selon cet enregistrement audio publié par le quotidien Seattle Times.

Il s'inquiète ensuite du fait que le carburant ait été consommé «plus vite que je ne pensais», pendant que la tour de contrôle tente avec ménagement de le faire atterrir sur une base militaire voisine.

«Oh la la», répond «Rich». «Ces mecs vont me faire passer un mauvais quart d'heure si j'essaie d'atterrir là-bas... Ils ont sûrement (des défenses) antiaériennes».

«Ils n'ont rien de tout ça», lui assure le contrôleur aérien. «On est juste en train d'essayer de vous trouver un endroit où atterrir en toute sécurité».

«Je ne suis pas encore tout à fait prêt à le ramener sur terre», dit le pilote en référence au bimoteur. «Ça mérite probablement la prison à vie, hein?» demande-t-il. «J'espère que oui, pour un mec comme moi».

«Oh Richard», répond le contrôleur aérien. «On ne va pas s'inquiéter de ça ou y penser. Mais pourriez-vous s'il vous plaît tourner à gauche?».

Un peu plus tard, le mécanicien se confie: «Il y a beaucoup de gens qui se soucient de moi. Ça va les décevoir de savoir que j'ai fait ça. Je voudrais m'excuser auprès de chacun d'eux. (Je suis) juste un mec brisé, j'ai quelques boulons mal vissés, j'imagine. Je ne l'avais jamais vraiment su, jusqu'à maintenant».

Dans la même catégorie