/news/politics

Fusillade à Fredericton

Trudeau veut poursuivre la réflexion sur les armes à feu

Agence QMI

Le premier ministre Justin Trudeau n'a pas souhaité prendre d'engagement ferme pour limiter l'accès aux armes à feu, dimanche, lors d'une visite à Fredericton après la fusillade qui a fait quatre morts vendredi.

M. Trudeau s'est rendu dans la capitale du Nouveau-Brunswick afin de «commémorer la mémoire des deux braves policiers qui sont morts en service, les deux autres victimes et chacune de leurs familles», a-t-il expliqué après avoir déposé une gerbe de fleurs près d'un mémorial érigé au poste de police de Fredericton.

Auparavant, le premier ministre avait eu l'occasion de rencontrer des proches, collègues et amis des victimes. «Je remercie tout le monde pour leur travail et je continue de croire que leur service mène à une communauté plus forte et à un meilleur pays», a-t-il souligné en point de presse, en faisant référence aux policiers et premiers répondants qu'il a eu l'occasion de rencontrer.

Contrôle des armes

Interrogé sur la question du contrôle des armes à feu, M. Trudeau n'a pas voulu prendre d'engagements fermes, en affirmant d'abord que «ce n'est pas le moment pour parler de ça».

«On a mis un projet de loi assez ambitieux pour sécuriser encore plus nos communautés et protéger les individus», a fait valoir le premier ministre, en concédant toutefois par la suite que la réflexion doit se poursuivre sur le sujet du contrôle des armes.

Selon la police de Fredericton, le présumé tueur, Matthew Vincent Raymond, a utilisé une arme longue pour abattre Donald Adam Robichaud et Bobbie Lee Wright, ainsi que les policiers Lawrence Robert Costello et Sara Mae Helen Burns. La police n'a pas précisé si l'arme était enregistrée.

Blessé au cours de l'événement, le suspect fait face à quatre chefs de meurtre au premier degré. Il devrait comparaître le 27 août.

Parade, deuil et funérailles

Des milliers de participants rassemblés pour le défilé de la fierté gaie de Fredericton ont tenu une minute de silence en honneur aux victimes, dimanche.

La veille, le maire de Fredericton, Mike O'Brien, avait laissé entendre que la parade constituait «une façon de célébrer même pendant cette période de deuil».

La Ville a aussi annoncé, dimanche, que des funérailles régimentaires seront organisées pour les deux policiers tués en service. Les obsèques seront célébrées samedi prochain au Aitken University Centre, en après-midi.

Les citoyens sont aussi invités à se présenter à l'hôtel de ville de Fredericton pour signer un livre de condoléances, qui sera laissé à leur disposition dès lundi.

Dans la même catégorie