/regional/homepage

Un herbicide controversé est défendu par des agriculteurs d’ici

Andy St-André | TVA Nouvelles

Même si l’herbicide Roundup serait à l’origine du cancer d’un jardinier américain, des agriculteurs du Québec défendent ce produit bec et ongles.

Le Roundup, produit par Monsanto, est l'herbicide le plus vendu au monde.

«Nous en avons besoin. Les conséquences économiques seraient beaucoup trop importantes si on décidait d'interdire ce produit au Québec et au Canada», soutient Normand D'Amours, agriculteur à Racine en Estrie.

Verdict historique

La multinationale Monsanto est sous les projecteurs ces derniers jours. Dans un jugement historique, un tribunal de San Francisco vient de condamner le géant de l'agrochimie à dédommager à hauteur de 289 millions de dollars un jardinier qui souffre d'un cancer causé par le Roundup.

À LIRE ÉGALEMENT

Monsanto condamné à payer près de 290 M$ à un jardinier

Mais les agriculteurs d'ici soutiennent qu'ils ne peuvent pas s'en passer. Normand D'Amours a d'ailleurs épandu cet herbicide une fois depuis le début de la saison sur son champ de maïs.

«La différence est notable. Dans mon champ de maïs, il n'y a pas de mauvaises herbes. Quelques pieds plus loin, endroit où je n'ai pas vaporisé de Roundup, c'est plein », explique l'agriculteur expérimenté.

Opinions divergentes

Plusieurs pays ne s'entendent pas sur la dangerosité de cet herbicide. Le Canada, les États-Unis et le continent européen qualifient le Roundup de «cancérogène peu probable».

Le centre international de recherche sur le cancer dit plutôt que le Roundup est considéré comme un produit «cancérogène probable».

On retrouverait des traces de Roundup dans 30% des produits alimentaires canadiens.

Dans la même catégorie