/news/politics

Mario Beaulieu va céder la présidence du Bloc pour rebâtir les ponts

Agence QMI

Dans l’espoir de ramener au bercail certains députés démissionnaires, le chef par intérim du Bloc québécois, Mario Beaulieu, délaissera la présidence du parti afin de composer un exécutif paritaire entre alliés et opposants de l’ex-leader désavouée en juin, Martine Ouellet.

Selon une proposition du bureau national obtenue par TVA Nouvelles, la présidence serait désormais assumée par Yves Perron, président de l’exécutif de Berthier-Maskinongé qui avait réclamé la démission de la chef contestée.

Quant à lui, Gilbert Paquette, ancien député péquiste et fidèle de Martine Ouellet durant la crise qui a secoué le parti au printemps, demeurerait vice-président.

La proposition sera présentée samedi aux 200 membres bloquistes au cours de leur conseil général, à Montréal.

La stratégie vise à ramener l’harmonie et à faire de la place à la tête du parti pour les deux visions qui se sont affrontées durant la saga entourant le leadership de Mme Ouellet: la promotion de l’indépendance et la défense des intérêts du Québec.

En coulisses, des sources proches du parti sont confiantes que la stratégie permettra de réintégrer dans le giron du Bloc au moins trois des cinq députés qui siègent maintenant sous la bannière de Québec Debout.

Parmi les sept députés à avoir claqué la porte en février, Michel Boudrias et Simon Marcil sont revenus peu après le départ de Martine Ouellet.

Des discussions vers un éventuel rassemblement ont eu lieu tout au long de l’été entre les différents clans, dit-on à l’interne.

Les militants du Bloc devront également voter samedi sur les modalités de la course à la chefferie ainsi que sur le projet de refondation du parti, présenté par l’aile jeunesse en avril dernier.

Dans la même catégorie