/regional/sherbrooke/estrie

Les employeurs redoutent le retour en classe

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

Devant déjà composer avec un manque de main-d’œuvre, les employeurs appréhendent le départ des travailleurs étudiants qui s’apprêtent à retourner en classe.

En Estrie, 69% des étudiants entre 15 et 24 ans occupent un emploi. Si leurs patrons peuvent compter sur eux à temps plein durant l’été, leurs disponibilités s’amenuisent drastiquement à la fin du mois d’août.

«Chaque automne, c’est problématique, a dit Éric Garant, propriétaire du restaurant la Taverne 1855, à Magog. Dans les Cantons de l’Est, nous sommes une région touristique. Les touristes sont encore nombreux en septembre, même si les étudiants sont retournés à l’école. Alors nous, les propriétaires et le personnel régulier, on prend les bouchées doubles.»

Chez Super C sur le boulevard de Portland, à Sherbrooke, le directeur Éric Desmarais attend les horaires de cours de ses employés avant de faire l’horaire de travail.

«Pour nous, la réussite scolaire de nos employés c’est une priorité. C’est sûr que ça nous impose un défi de logistique, mais on est habitué. C’est notre travail de coordonner tout ça.»