/regional/montreal/monteregie

Longueuil ne veut plus rater le train de la mobilité

Matthieu Payen | Agence QMI

Après des années d’annonces et de promesses non réalisées, les maires de l’agglomération de Longueuil veulent des engagements fermes du provincial sur un ambitieux plan de transport qu’ils ont présenté hier, à trois jours du lancement de la campagne électorale.

«Quand on regarde la carte des transports de la région métropolitaine, on se rend compte que la Rive-Sud est le seul endroit où rien n’a été fait depuis 50 ans. Alors, nous disons ensemble: c’est à notre tour», lance Sylvie Parent, mairesse de Longueuil.

C’est dans le garage du Réseau de transport de Longueuil (RTL) que les maires de Longueuil, Boucherville, Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert ont présenté leur «Vision du transport en commun 2025».

Projets demandés

Outre le Réseau express métropolitain (REM) déjà sur les rails, les cinq maires demandent donc le prolongement de la ligne jaune sur l’axe du boulevard Roland-Therrien.

Autres projets réclamés, la mise en place d’un tramway sur le boulevard Taschereau, ainsi que le développement d’un réseau rapide d’autobus dans l’agglomération pour desservir le territoire de façon équilibrée.

«Nous constatons que le nombre de déplacements vers Montréal stagne depuis 10 ans, alors que ceux qui restent sur la Rive-Sud augmentent rapidement», affirme Michel Veilleux, directeur général du RTL.

Urgence

Les élus insistent sur l’urgence d’agir puisque les problèmes de congestion deviennent de plus en plus incontrôlables et ne se limitent plus aux ponts reliant la Rive-Sud à Montréal.

«Le nombre de voitures dans l’agglomération augmente trois fois plus vite que la population. Cette situation nuit à la qualité de vie de nos citoyens et à la compétitivité de nos entreprises», constate Pierre Brodeur, maire de Saint-Lambert et président du conseil d’administration du Réseau de transport de Longueuil (RTL).

Ce cri du cœur collectif est «historique», selon Florence Junca-Adenot, professeure à l’UQAM.

«Pendant longtemps, les élus étaient divisés sur la Rive-Sud, chacun défendait son projet, rappelle-t-elle. Là, on a enfin un plan concerté et bénéfique pour tous.»

Et la proposition des élus de l'agglomération de Longueuil semble avoir convaincu les quatre partis provinciaux qui s'affronteront le 1er octobre puisque leurs représentants auxquels «Le Journal de Montréal» a parlé s'y sont tous montrés favorables.

Toutefois, aucun coût n’a été présenté pour le moment et la concurrence pourrait se faire sentir avec d’autres gros projets de la région, comme la ligne rose à Montréal ou le prolongement de la ligne orange à Laval.

«Mais il faut savoir que la congestion coûte 4,2 milliards $ par an dans la région de Montréal, alors ça vaut la peine d’investir dans le transport», affirme Mme Junca-Adenot.