/regional/montreal/laval

Ils dénoncent un CHSLD aux conditions indignes

Camille Garnier | Agence QMI 

Les trois fils d’une octogénaire décédée dénoncent le traitement «inhumain» que leur mère aurait reçu pendant 18 mois avant de mourir dans un CHSLD de Laval.

«Chaque fois que j’allais la voir, je revenais démoli», affirme Éric Fréchette au sujet du séjour de sa mère Yolande Nadeau à la résidence L’Eden de Laval.

Rarement lavée, mal nourrie et oubliée par un personnel «débordé et incompétent». Voilà comment Mme Nadeau aurait passé la dernière année de sa vie dans le CHSLD lavallois à en croire ses trois fils, Bernard, Éric et Christian Fréchette.

Mme Nadeau a été admise en février 2017 à la résidence L’Eden, qui accueille environ 150 patients dont une majorité de personnes venues du public, en vertu d’une entente avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval.

«Ma mère avait la maladie d’Alzheimer et mon père, qui a 85 ans, n’arrivait plus à s’occuper d’elle», explique Christian Fréchette.

Les trois frères disent s’être rapidement inquiétés des conditions de vie de leur mère dans cet établissement dont les dysfonctionnements ont déjà été signalés à plusieurs reprises dans «Le Journal de Montréal».

Ils précisent avoir alerté de nombreuses instances, en vain.

«Ses culottes n’étaient pas changées, elle avait des rougeurs aux fesses», détaille Christian Fréchette.

Chutes

Les trois hommes dénoncent aussi le manque de personnel dans l’établissement, expliquant qu’un préposé était parfois seul pour s’occuper d’une vingtaine de patients et que de nombreux employés semblaient totalement perdus.

Les trois frères, qui visitaient leur mère plusieurs fois par semaine, affirment qu’ils la trouvaient régulièrement couverte de bleus et d’hématomes.

«On nous disait qu’elle avait fait une chute, mais personne ne pouvait nous expliquer ce qui s’était passé, raconte Bernard Fréchette. Tout ça était totalement banalisé et la plupart du personnel semblait n’avoir aucune empathie.»

Calvaire

Le calvaire de Mme Nadeau se serait poursuivi jusqu’à ce qu’elle meure (de cause naturelle), le 20 juillet à 2 h du matin.

«Toute la famille était dans la chambre, et rendu à midi, il n’y avait toujours personne qui était venu constater le décès», explique Éric Fréchette.

L’Eden aurait alors expliqué que personne n’était disponible pour effectuer le constat avant la fin d’après-midi. Les frères Fréchette ont dû faire appel à un gériatre de leur connaissance qui a accepté de se rendre sur place pour constater le décès et permettre l’enlèvement du corps.

Révoltés par l’histoire de leur mère, les trois hommes souhaitent alerter la population sur le sort de nos aînés.

«Le cas de ma mère n’est pas unique, il y en a beaucoup des Yolande Nadeau au Québec», résume Éric Fréchette.

Ce que les frères Fréchette ont constaté

- Des aînés en souffrance abandonnés à eux-mêmes par manque de personnel

- Odeur d’excréments et saleté omniprésente

- Manque de linge propre pour les patients

- Patients victimes de chutes ou de chocs sans surveillance

Une résidence qui se retrouve sous le feu des critiques

Confrontée aux critiques des fils de Yolande Nadeau, la direction du CHSLD L’Eden indique avoir pris des mesures pour améliorer la manière dont sont traités ses patients.

Contacté par «Le Journal de Montréal», le directeur intérimaire de l’établissement, Éric Lavoie, dit qu’un plan d’action a été mis en place au cours des derniers mois pour améliorer les soins fournis aux aînés. Il ajoute que 12 préposés et huit infirmières ont été embauchés depuis avril et que d’autres recrutements sont en cours.

La directrice de la résidence L’Eden, en poste durant le séjour de Mme Nadeau, Julie Salette, est quant à elle actuellement absente.

Le CISSS de Laval auquel les frères Fréchette avaient adressé une plainte en février concernant la situation de leur mère indique que son commissaire n’a pas juridiction dans un établissement privé comme L’Eden.

Il ajoute accompagner la direction du CHSLD dans la recherche de solutions au profit des résidents et de leurs familles.

D’autres signalements

Le CHSLD L’Eden a déjà été mentionné à deux reprises dans «Le Journal de Montréal» pour de présumés dysfonctionnements.

En février dernier, c’est l’infirmière auxiliaire et présidente du syndicat SQEES-FTQ de la résidence, Kassandra Leclerc, qui sonnait l’alarme.

«Chaque semaine, des gens pleurent. La famille d’un résident m’a dit qu’elle n’avait jamais vu un établissement qui traitait aussi mal ses résidents et ses employés», affirmait dans nos pages Mme Leclerc.

Pour s’être opposée à la direction et avoir dénoncé le manque de moyens dans son établissement, Mme Leclerc expliquait avoir été accusée d’insubordination et même suspendue un jour.

La femme de 28 ans disait être consternée par les conditions dans lesquelles ses collègues et elle devaient travailler.

Ébats amoureux

En avril 2014, le mari d’une patiente avait porté plainte contre L’Eden parce que sa femme, atteinte de démence, avait été surprise par le personnel au milieu d’ébats amoureux avec un autre patient à deux occasions, sans que personne n’ait cru bon d’intervenir et de l’en avertir.

Dans une poursuite de 70 000 $, l’homme reprochait au CHSLD de ne pas avoir pris tous les moyens pour protéger sa femme «qui n’avait plus de jugement». La directrice de L’Eden au moment des faits, Mme Salette, avait expliqué avoir elle-même averti l’homme de la situation constatée tout en reconnaissant un délai trop long.

Dans la même catégorie