/news/society

«Il s'est fait avoir par les boissons énergisantes», dit le père de la victime

TVA Nouvelles

Les boissons à forte teneur en alcool seraient responsables de la mort d'un homme de 30 ans de Drummondville qui a mélangé quatre canettes de Four Loko, de la caféine et des médicaments.

Pierre Parent était dépendant à la boisson sucrée alcoolisée Four Loko. «Je ne savais pas que mon frère consommait des Four Loko à cette quantité-là», affirme son frère, Jimmy.

À LIRE ÉGALEMENT

Tué par un cocktail de Four Loko et de médicaments

Maux de ventre, vomissements, diminution de l'appétit. L'homme de 30 ans a ignoré des symptômes d'un foie et d'un coeur affaiblis par la consommation chronique d'alcool.

Le 25 décembre dernier, la victime a consommé quatre canettes de Four Loko et deux comprimés pour rhume et sinus. Des traces de caféine ont été observées dans son sang. Un cocktail mortel.

Encore sous le choc, la famille Parent veut sensibiliser les consommateurs aux dangers de cette boisson.

«Je suis à peu près sûr qu'il y a d'autres jeunes qui nous regardent. Ils doivent se dire: ouin, là, je suis rendu trop loin», déclare Jean-Pierre Parent, le père de Pierre.

«Là, c'est le temps de fermer la consommation et de se tenir tranquille et d'essayer d'aller chercher de l'aide pour arrêter tout ça parce que la fin est là, là. Pierre est décédé», ajoute M. Parent.

Le coroner Yvon Garneau recommande au ministère de la Santé une réglementation plus stricte. «C'est un problème en émergence. Il y a de plus en plus de cas de comas éthyliques qui sont rapportés dans nos hôpitaux les fins de semaine», dit-il.

Le cabinet de la ministre de la Santé publique, Lucie Charlebois, affirme qu'il prendra connaissance du rapport du coroner ainsi que de ses recommandations avant de se positionner.

Rappelons que Québec a interdit, en juin dernier, la vente de ce type de produits dans les dépanneurs et les épiceries.

«Il s'est fait avoir à cause de la consommation des boissons énergisantes», conclut le père endeuillé.