/news/elections

Legault augmentera l’âge légal à 21 ans pour consommer du cannabis

 - Agence QMI

Un gouvernement caquiste augmentera rapidement l’âge légal pour consommer du cannabis de 18 à 21 ans, même si François Legault convient que certains jeunes continueront de s’approvisionner sur le marché noir.

À LIRE ÉGALEMENT

Le Guide de l'électeur

Voici ce qu’on dit les ministres libéraux quelques minutes avant le déclenchement des élections

Les promesses libérales de 2014 passées à la loupe

Qui sont les quatre chefs?

Des bénévoles ont commencé à installer des affiches

Les attentes des PME pour la campagne électorale

«C’est clair, je ne me compte pas d’histoires. Des jeunes de 18 à 21 ans vont aller sur le marché noir acheter du cannabis. Mais je ne veux pas comme premier ministre du Québec envoyer le signal que c’est banal de consommer du cannabis avant 21 ans», a lancé le chef caquiste, jeudi, lors de son point de presse de lancement de campagne électorale.

«Si ça avait été juste de moi, pas sûr qu’on aurait légalisé le cannabis. Mais c’est fait. C’est terrible ce que ça peut faire le cannabis aux jeunes. Faut pas banaliser la consommation de cannabis des jeunes. Ça peut emmener des problèmes de schizophrénie», a-t-il ajouté, entouré d’une trentaine de candidats, dans la circonscription de Louis-Hébert à Québec.

Le cannabis sera officiellement légalisé par le gouvernement fédéral le 17 octobre, une vingtaine de jours après l’élection d’un nouveau gouvernement au Québec. François Legault ne veut pas perdre de temps. «On fera les ajustements lorsqu’on sera capable de le faire», a-t-il précisé.

Son candidat dans Taillon, le Dr Lionel Carmant, estime de son côté qu’il s’agit avant tout d’une mesure permettant d’empêcher les plus jeunes d’obtenir de la drogue des mains des acheteurs de 18 ans. «Le légaliser à 18 ans, oui ça met une limite d’âge presque adéquate, mais il y a beaucoup d’ados qui ont des grands frères et des amis qui peuvent avoir accès facilement au cannabis. En mettant la limite à 21 ans, on aurait un peu limité cette consommation», a-t-il dit. Il estime que 35 % des adolescents consomment du cannabis, «et c’est ça qu’il faut arrêter».

De son côté, le candidat et ancien policier Ian Lafrenière croit pour sa part que la loi adoptée par le gouvernement Couillard sera difficilement applicable et causera des maux de tête aux policiers. «Il va y avoir une loi et un cadre légal, oui, mais est-ce que ça va être facile à appliquer ? Je pense que non, ça ne sera pas simple», a-t-il dit.

M. Lafrenière s'en prend également à l'interdiction de posséder du cannabis dans les cégeps, une mesure que la CAQ réclamait pourtant et qui a été incluse dans la loi adoptée en juin.«Comme personne sur le terrain, comment voulez-vous appliquer ça? Au quotidien vous allez faire quoi, fouiller les étudiants? Ça va vous prendre, comme présentement, des soupçons et de l’information. Ça va être complexe», a-t-il dit.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.