/news/culture

«Recherche»: un suspense redoutablement efficace

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

Un film découvert par le spectateur à travers l'écran d'un ordinateur peut-il parvenir à faire oublier cette omniprésence de la technologie et développer une histoire policière à laquelle on croit?

Présenté à Montréal lors du plus récent festival Fantasia, «Recherche» parvient à être un excellent suspense en offrant une manière originale de raconter une histoire.

David Kim (David Cho, le Sulu des nouveaux «Star Trek») est veuf depuis quelques années. Il élève donc seul Margot (Michelle La), sa fille de 16 ans. Leur vie est un long fleuve tranquille jusqu'à la disparition de l'adolescente après quelques jours passés avec des amis.

Comme toute jeune fille, Margot est secrète et David se voit forcé de fouiller dans l'ordinateur familial à la recherche de ses contacts, de ses amis, de ses conversations.

Il visionne des vidéos, s'aperçoit qu'elle n'est pas allée à ses leçons de piano depuis des mois...

Il l'imagine enlevée, séquestrée, morte. Il va voir son frère (Joseph Lee) et découvre un secret. Rosemary Vick (Debra Messing), la détective chargée de l'enquête, l'épaule dans toutes ses recherches, lui suggère des pistes, l'encourage à trouver des indices.

Difficile, dès le début de ce suspense haletant de 102 minutes, de ne pas être happé par ce qui se déroule sur l'écran de l'ordinateur, de ne pas se livrer, en compagnie de David, à cette espèce de jeu de piste dont l'enjeu est une vie humaine.

Transformé en voyeur, le spectateur n'en rate pas une, fasciné par ces existences découvertes sur YouTube, un GPS, des messageries, Facebook, un moteur de recherche. La vie de Margot, pourtant entourée de mystère, finit par dévoiler tous ses secrets au bout de plusieurs clics.

Le cinéaste Aneesh Chaganty, ancien employé de Google dont «Recherche» est le premier film, manie à merveille l'art du polar. Vrais ou faux indices, rebondissements parfaitement cohérents et pourtant totalement inattendus, personnages attachants, sous-intrigues venant appuyer la principale, l'homme et son coscénariste Sev Ohanian maîtrisent tous les codes du polar.

On reste bouche bée, on applaudit... et on demeure effrayé par l'omniprésence de la technologie dans nos vies actuelles.

Note: 4 sur 5

Dans la même catégorie