/news/elections

Québec solidaire réitère son opposition au troisième lien

Élisa Cloutier | Agence QMI

Se présentant comme des «alliés» du maire Régis Labeaume, des candidats de Québec solidaire ont tenu à réitérer samedi leur opposition au projet de troisième lien entre Québec et Lévis.

«Il y a des gens de Québec qui le savent que la solution [à la congestion routière] ce n’est pas plus d’autoroutes [...] Le maire de Québec aussi, semble tout à fait conscient qu’un troisième lien est une fausse solution à un vrai problème», a affirmé le co-porte-parole du parti Gabriel Nadeau-Dubois, entouré des candidats de Jean-Lesage, Sol Zanetti, et de Taschereau, Catherine Dorion.

 

En point de presse devant leur local électoral sur la rue Saint-Joseph, à Québec, les candidats ont confirmé leur appui au projet de transport structurant du maire de Québec, en ajoutant qu’il est primordial de le relier à Lévis.

«Nous, on investirait massivement pour que ce soit possible», a mentionné M. Nadeau-Dubois, sans toutefois donner les détails de cet engagement. «Des investissements pour le transport collectif interrégional» seront dévoilés au cours des prochains jours, a-t-il ajouté.

Abolir le bureau de projet

Le co-porte-parole du parti a également confirmé qu’un gouvernement solidaire abolirait l’actuel bureau de projet, qui doit se pencher sur cinq corridors potentiels entre Québec et Lévis. «Prendre des millions de dollars d’argent public pour financier des études dont on connaît déjà les résultats, c’est du gaspillage», a mentionné M. Nadeau-Dubois.

Québec solidaire a aussi promis une diminution des tarifs en transport en commun urbain de 50%, dès un premier mandat.

Legault et les radios

Qualifiant le troisième lien de «vieille idée», Gabriel Nadeau-Dubois a lancé une flèche au chef de la Coalition avenir Québec (CAQ).

«Je pense que M. Legault doit être clair. Est-ce qu’il propose une solution du 20e siècle, c’est-à-dire plus d’autoroutes, ou une solution du 21e siècle, c’est-à-dire plus de transport collectif. S’il choisit l’option du 20e siècle, il devrait peut-être revoir le nom de son parti», a-t-il lancé.

Pour sa part, le candidat Sol Zanetti a mentionné que l’appui au troisième lien dans la région de Québec a été «gonflé artificiellement» par une «campagne des radios privées de Québec».

«Ces gens-là (les animateurs en faveur du troisième lien) ignorent la véritable condition de vie des gens, a dit M. Zanetti. Ce sont des gens qui gagnent entre 300 000 $ et 500 000 $ par année et qui s’adressent à du monde pogné dans la congestion.»