/regional/montreal/monteregie

Plaintes pour bruit au parc Jean-Drapeau: les interprétations varient

Sarah Daoust-Braun | Agence QMI

 - Agence QMI

Dario Ayala / Agence QMI

Le nombre de plaintes enregistrées à la Ville de Saint-Lambert pour le bruit au parc Jean-Drapeau a grimpé de 22 à 271 cet été, par rapport à l’année dernière. Le maire Pierre Brodeur conteste ce bond, en soutenant que le groupe Silence Saint-Lambert et des citoyens ont «exagéré».

En date du 23 août dernier, 271 plaintes formulées en grande partie par écrit ont été comptabilisées dans cette ville de la Rive-Sud, dont 99 pendant le festival Heavy Montréal. En 2017, 22 plaintes avaient été comptées, 7 en 2016, 25 en 2015 et 6 en 2014.

«Les gens en profitent (pour se plaindre) de façon exagérée», a affirmé le maire Pierre Brodeur, qui s’en prend plus particulièrement au groupe citoyen Silence Saint-Lambert.

Montréal et Saint-Lambert se sont engagées cette année à régler le problème du bruit en mettant sur pied un comité de travail, et ont invité pour l’occasion les citoyens à transmettre leurs commentaires et leurs plaintes au parc Jean-Drapeau. Selon M. Brodeur, les résidents abuseraient de cette nouvelle ouverture et meilleure communication entre les parties.

Ce dernier prétend qu’il y a eu une amélioration sur le terrain cette année et que le nombre de plaintes est erroné. « J’ai fait du porte-à-porte les soirs d’Osheaga, et les gens vivaient très bien avec la situation », a-t-il assuré.

Autre perspective

Le groupe Silence Saint-Lambert, une organisation à but non lucratif qui représente des résidents affectés par le bruit, ne considère cette hausse du même œil, et voit là des attaques injustifiées.

« Les plaintes sont justifiées, si les gens se plaignent c’est parce qu’ils souffrent du bruit. Je ne pense pas que les gens y prennent plaisir », a souligné le porte-parole Christophe Malaterre, surpris par cette hausse.

«On nous a dit très clairement lors d’une rencontre le 28 juin, que s’il n’y a pas de plaintes, ça veut dire qu’il n’y a pas de bruit », a-t-il dit, expliquant que cela aurait poussé davantage de citoyens à déposer des plaintes, puisqu’il s’agit de leur seul recours contre le bruit.

Selon M. Malaterre, environ 150 personnes se sont associées au groupe au courant de l’été après avoir déposée une plainte, où Silence Saint-Lambert les invitait à les mettre en copie.

Trois sonomètres ont été installés à Saint-Lambert, près d’Habitat 67 et du parc Jean-Drapeau. Ces données, accessibles au public, permettront de déterminer un plafond maximal de décibels, qui devrait être mis en place en 2019.

Rencontre

Montréal, Saint-Lambert et la Société du parc Jean-Drapeau se rencontreront le 4 septembre pour faire le point sur les mesures reliées au son comptabilisées pendant la saison estivale au parc Jean-Drapeau, et sur d’autres éléments liés au bruit, dont le nombre de plaintes.

L’intensité du bruit peut varier selon plusieurs facteurs, dont la force des vents, la circulation automobile, et les conditions météorologiques.