/regional/montreal/montreal

Où sont les piétons les plus à risques d’être tués?

Francis Pilon | Agence QMI

 - Agence QMI

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Les piétons sont plus susceptibles d'être frappés par un véhicule dans l'arrondissement de Ville-Marie que partout ailleurs sur l’île, selon une étude montrant que plus de 1700 marcheurs ont été impliqués dans une collision sur une période de 10 ans.

Entre 2006 et 2015, 1735 piétons ont été blessés dans l’arrondissement de Ville-Marie. De ce nombre, 174 personnes ont subi des blessures graves et 26 autres sont mortes.

«Ça s’explique par plusieurs facteurs. Dans cet arrondissement, il y a beaucoup de véhicules qui font beaucoup de kilomètres de distance. C’est un des endroits à Montréal où il y a aussi le plus de véhicules lourds», a expliqué Patrick Morency, chercheur à l'Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal (IRSPUM).

«Et, évidemment, c’est l'un des arrondissements où il y a le plus de piétons dans la métropole. Tout ça expose les gens à pied à beaucoup de risques aux intersections du centre-ville», a-t-il poursuivi.

L'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce est classé en deuxième position de ce funèbre palmarès avec 18 morts et Rosemont–La-Petite-Patrie obtient la troisième place avec 17 piétons décédés sur ses routes.

À l’échelle de toute la métropole, durant les dix années étudiées, 179 personnes circulant à pied sur la voie publique ont perdu la vie.

Pour en venir à ces résultats, l’IRSPUM a rassemblé les données de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) et de la police de Montréal sur le nombre de décès et de blessés sur les routes de la métropole.

Les chercheurs Patrick Morency et François Tessier ont par la suite classé ces informations dans chacun des arrondissements de l'île de Montréal pour y voir plus clair.

Rosemont risqué

Toujours selon les données colligées, certains arrondissements de la métropole seraient plus risqués pour les cyclistes que d’autres secteurs.

«On a découvert avec ces chiffres que Rosemont–La-Petite-Patrie était le quartier où il y a eu le plus de cyclistes tués entre 2006 et 2015 à Montréal», a affirmé M. Morency.

Sur les 39 cyclistes décédés dans la métropole durant ces dix années, neuf ont perdu la vie dans l'arrondissement de Rosemont–La-Petite-Patrie.

On retrouve en deuxième position du classement le Plateau-Mont-Royal avec cinq cyclistes tués. Puis, les arrondissements d'Ahuntsic-Cartierville et de Ville-Marie occupent la troisième place ex aequo avec un décompte de quatre morts à bicyclette sur chacun de leur territoire respectif.

«Si on veut diminuer le nombre de morts de cyclistes à Montréal, il faudra leur donner plus de places sur nos routes et mieux aménager le réseau cyclable. Même chose pour les piétons, mais eux, il faudrait aussi leur donner plus de temps pour traverser aux intersections», a soutenu le chercheur de l’IRSPUM.

Arrondissements les plus meurtriers pour les piétons entre 2006 et 2015:
1. Ville-Marie : 1735 blessés, 174 blessés graves, 26 décès
2. Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce : 1198 blessés, 96 blessés graves, 18 décès
3. Rosemont–La Petite-Patrie : 1120 blessés, 80 blessés graves, 17 décès
4. Mercier–Hochelaga-Maisonneuve : 783 blessés, 80 blessés graves, 16 décès
5. Plateau-Mont-Royal : 986 blessés, 100 blessés graves, 15 décès

Arrondissements les plus meurtriers pour les cyclistes entre 2006 et 2015:
1. Rosemont–La Petite-Patrie : 717 blessés, 39 blessés graves, 8 décès
2. Plateau-Mont-Royal : 1299 blessés, 64 blessés graves, 5 décès
3. Ahuntsic-Cartierville : 281 blessés, 12 blessés graves, 4 décès
4. Ville-Marie : 1171 blessés, 58 blessés graves, 4 décès
5. Sud-Ouest : 297 blessés, 15 blessés graves, 3 décès