/news/society

Un défi qui n'est pas insurmontable

Possible de manger 100 % local en région à l'année

Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

Tout au long du mois de septembre, sept régions de la province comme le Bas-Saint-Laurent prennent part au Défi 100% local. Manger local en région représente parfois un défi, mais il n’est pas insurmontable.

Le Défi 100% local vise à consommer durant tout le mois de septembre encore plus d'aliments produits ou transformés dans sa région. Les participants peuvent choisir différents niveaux d'implications.

L'objectif est de faire découvrir les produits locaux au public. Une bonne manière de s’y prendre et de se rendre dans les marchés publics.

L'entreprise maraichère Jardin Nature cultive une soixantaine de variétés de légumes. Pour son propriétaire, manger 100% local au Bas-Saint-Laurent n'est pas impossible grâce aux légumes en serres.

«C'est possible oui, parce qu'il y a une couple de producteurs qui vont faire des produits, justement plus à long terme, des récoltes plus tard et faire des légumes racines aussi [...] Le défi, c’est de réussir à produire en abondance parce qu'on a une température qui est très en dents scie ici au Bas-Saint-Laurent», explique Guy Bouillon de la ferme maraichère Jardin nature de Saint-Anaclet-de-Lessard, près de Rimouski.

Les consommateurs croient cependant qu'il est difficile de manger local en hiver dans la région.

«L'hiver est plus difficile que l'été», lance une cliente des Halles St-Germain à Rimouski qui regroupe plusieurs commerces offrant des produits régionaux.

Au Fromage en tête, les étalages contiennent beaucoup de produits locaux. Il n'est pas difficile pour le commerce de s'approvisionner pour ce type de produit même en hiver.

«Nous, on tient pas mal tout le temps des fromages d'ici du Québec, de la région. On en a de Trois-Pistoles, de Sainte-Luce», affirme Karine Brillant, gérante-propriétaire de la boutique Fromage en tête de Rimouski.

Un travail de sensibilisation reste à faire pour mieux informer les gens sur les possibilités de manger local en hiver

«Faut qu'on éduque tout le temps. Faut le faire, c'est notre responsabilité en tant que producteur parce qu'il faut toujours promouvoir nos produits locaux» a dit M. Bouillon en entrevue à TVA Nouvelles.

Intérêt grandissant pour les produits locaux

Les Bas-Laurentiens s'intéressent de plus en plus aux aliments locaux.

«Faut encourager la place pour continuer d'avoir de bons prix», explique une cliente des Halles.

Les commerces en ressentent les effets. Les consommateurs posent de plus en plus de questions et recherchent ce genre de produits.

«Les gens veulent de plus en plus avoir des produits locaux», ajoute Mme Brillant.

Dans les marchés publics, les producteurs remarquent de plus en plus en plus d'achalandage dans leurs kiosques. Il s’agit souvent de nouveaux visages.