/regional/troisrivieres/mauricie

La hausse de salaire des élus trifluviens compromise

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Tout indique que la partie est perdue pour les conseillers municipaux de Trois-Rivières qui souhaitaient s'octroyer une hausse de salaire puisque le maire de la Ville, Yves Lévesque, a prévenu qu'il s'y opposera.

En vertu de la loi, une modification de la rémunération des élus doit obtenir l'appui des 2/3 des membres du conseil municipal et, impérativement, celui du maire.

«Si on voulait commencer à augmenter les salaires, on aurait dû l'annoncer pendant la campagne électorale, a déploré le maire. Moi, durant la campagne, je n'ai jamais dit que j'allais augmenter les salaires, jamais. Si on veut être transparent, c'était de le faire en campagne électorale et la population aurait décidé en fonction de ses croyances.»

Yves Lévesque rejette l'argument voulant que le salaire des conseillers ne corresponde pas à l'investissement en temps que requière la fonction.

«Les membres d'un conseil d'administration, que ce soit d'une ville, d'une organisation à but non lucratif ou d'une institution financière, ne gèrent pas à temps plein. Tu n'es pas là à temps plein. Tu n'es pas un employé à temps plein», a dit le maire.

En incluant l'allocation de dépenses, le salaire d'un conseiller municipal de Trois-Rivières est de 44 145$ comparativement à 49 397$ pour la même fonction à Sherbrooke. Selon certaines informations non confirmées, le réajustement souhaité aurait oscillé entre 30% et 50%.

À Trois-Rivières, le poids de la représentation est d'un élu pour 9700 habitants tandis qu’il est d’un pour 11 800 à Sherbrooke. Le sujet qui devait figurer à l'ordre du jour du conseil municipal a été retiré et reporté à plus tard.

Le conseiller François Bélisle, qui pilote de projet de révision de la rémunération des élus, estime que rien ne presse. «On va voir. De toute façon, le plan de match c'était de le mettre en action le premier janvier 2019. On a encore deux ou trois mois devant nous.»

Une conseillère élue pour la première fois en novembre dernier indique qu'il ne s'agit pas pour elle d'un enjeu capital. «Moi je viens d'arriver et mon salaire me convient», a confié Mariannick Mercure.