/regional/quebec

Les studios de jeux vidéo indépendants se multiplient à Québec

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

L’industrie des jeux vidéo a le vent dans les voiles à Québec alors que le nombre de studios indépendants est sur le point de doubler en à peine trois ans.

Alors qu’on comptait une vingtaine de ces petites entreprises en 2015, il y en aura près d’une quarantaine d’ici la fin de l’année, selon Québec International. Et la tendance semble loin de vouloir ralentir.

«Ça va être exponentiel», croit Pascal Nataf, de la Guilde des développeurs de jeux vidéo indépendants du Québec. Il prenait part, dimanche, à la première édition de la «Caravane», un rassemblement d’entrepreneurs en jeux vidéo, au jardin Jean-Paul L'Allier.

Coût de la vie

Avec plus de 2000 emplois liés aux jeux vidéo, Québec est maintenant le troisième pôle de cette industrie au Canada.

«Québec se compare avantageusement à plein d’autres villes, même dans le monde. Il y a beaucoup de dynamisme. Tout le monde s’est rassemblé dans le quartier Saint-Roch et il y a énormément de collaboration entre les studios», observe M. Nataf.

Avec ses programmes de formation variés, ses programmes de financement et ses événements numériques, l’écosystème de Québec est maintenant «mature», ajoute-t-il.

Québec a aussi son arme secrète : un coût de la vie qui demeure relativement faible en comparaison des grandes capitales du monde.

«Quand on démarre une entreprise, on a ses économies, puis la vitesse avec laquelle on va les dilapider dépend beaucoup du coût et de la capacité à recruter des gens», fait remarquer Guillaume Boucher-Vidal, qui a fondé le studio Nine Dots en 2011.

Dans la même catégorie