/news/culture

«Mourir, c’est le plus grand abandon» - Johanne Fontaine

TVA Nouvelles

Atteinte du cancer depuis 2010, la comédienne Johanne Fontaine s’est livrée sur les moments difficiles qu’elle traverse lors d’une entrevue avec Marie-Claude Barrette à l’émission «Deux filles le matin».

Elle a notamment raconté comment les choses ont changé pour elle, il y a un mois. Au cours de l’été, son conjoint a été victime d’un accident de moto et trois semaines plus tard, elle a senti «qu’elle n’était pas à la même place au niveau physique».

Elle dit avoir compris que son corps qui était «en train de lâcher».

«Je n’y pensais pas, sauf que je voyais bien qu’il y avait quelque chose qui rôdait autour de moi, raconte-t-elle. Deux, trois jours avant, je me suis vraiment écroulée. Je me suis assommé la tête, je n’avais plus de force dans mes jambes. Ç’a été comme du jour au lendemain.»

C’est alors qu’elle a senti la panique l’envahir.

«Là, la panique elle ouvre! confie-t-elle. Là, ça ouvre! C’est terrible.»

Même si elle ne vit pas avec l’illusion qu’elle pourrait guérir et «redevenir comme avant», elle souhaiterait qu’on puisse lui enlever sa somnolence et ses douleurs.

«La perte d’autonomie, c’est la perte de ta vie», affirme-t-elle.

Lâcher-prise

Aujourd’hui, elle dit être en paix avec elle-même.

«Je suis arrivée à ça», laisse-t-elle tomber.

Elle accepte désormais qu’il y a certaines activités qu’elle ne peut plus faire, comme la danse.

«Ça prend du lâcher-prise, sauf que mourir, c’est le plus grand abandon, je crois», conclut-elle.

Dans la même catégorie