/news/law

Potton en Estrie

La présence d'un pédophile inquiète des résidents

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

Beaucoup d'inquiétude depuis quelques jours pour des résidents de Potton en Estrie alors qu'un pédophile demeure chez sa conjointe, voisine d'une école et d'une garderie.

Bien qu'il ait été reconnu coupable il y a trois semaines d'attouchements sexuels sur une fillette de 6 ans, Yves Beaudoin réfute toujours les faits et plaide son innocence.

«Je n'ai jamais touché à un enfant et je ne le ferai jamais parce que je n'ai pas cette déviance-là», insiste l'homme de 49 ans, rencontré par TVA Nouvelles quelques heures après sa comparution au palais de justice de Sherbrooke.

Son dossier a été reporté au 5 décembre prochain pour les représentations sur la peine. D'ici là, l'accusé souhaite porter sa cause en appel. Yves Beaudoin n'a pas l'intention de s'empêcher d'aller chez sa conjointe, à deux pas d'une école et d'une garderie.

«Rien ne m'empêche d'aller là, je respecte mes conditions. M'empêcher d'aller là parce que les gens ont peur? Non, je m'excuse, mais ce n'est pas mon problème. Et en même temps, ils n'ont pas de raison d'avoir peur.»

Des conditions plus sévères?

Le procureur en chef adjoint à la Direction des poursuites criminelles et pénales, André Campagna, se dit interpellé par l'inquiétude des citoyens de Potton. «Nous prenons la situation très au sérieux», dit-il.  

Au moment d'imposer les conditions de remise en liberté à Yves Beaudoin, le tribunal ignorait que sa conjointe demeurait à cet endroit.

«Nous ne suivons pas les individus à la trace, mais quand la population se mobilise comme ça, c'est notre travail de protéger le public. Nous allons voir comment on peut ajuster les conditions de remise en liberté de monsieur», indique Me Campagna.