/news/elections

Débat économique

Immigration et bilan des libéraux au menu

Agence QMI et TVA Nouvelles

L’immigration, la pénurie d’emplois et le bilan des libéraux ont été au cœur du débat économique organisé par LCN en collaboration avec la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, mardi.

Le bilan économique du Parti libéral du Québec a été particulièrement égratigné par les représentants des trois autres partis politiques à l’Assemblée nationale. Caquiste, péquiste et solidaire n’ont pas raté cette occasion de critiquer l’austérité des libéraux. Cible des attaques, Carlos Leitao a défendu son bilan.

Nicolas Marceau, ex-ministre des Finances et candidat péquiste, a indiqué que les 15 dernières années n’ont pas été un succès en immigration. Il a donné en exemple la question de la francisation et des départs des immigrants du Québec. «La connaissance du français, c’est la clé pour l’intégration», a-t-il soutenu

À LIRE ÉGALEMENT

 

Débat économique : les commentaires d'après-débat

Qui a gagné le débat économique?

«L’immigration ce n’est pas l’économie, les immigrants sont des êtres humains»

Sur quelle planète habitent les candidats du débat économique?

Youri Chassin, de l'escouade économique de la Coalition avenir Québec, a abondé dans le même sens, assurant qu’il était possible de mieux faire en immigration. Il a rappelé la position de sa formation de réduire les seuils pour une meilleure intégration. «On en prend moins, on en prend soin», a soutenu l’économiste.

Balayant les accusations, M. Leitao a soutenu que «l’immigration, c’est l’économie». Il a rejeté l’idée de réduire les seuils, estimant que c’était difficile ensuite de réussir l’intégration des nouveaux travailleurs. En l’occurrence, il a souligné qu’une baisse de leur nombre aurait une incidence sur les transferts fédéraux.

«On ne peut pas dire que l'intégration doit être faite avant trois ans ou alors on vous débarque», a-t-il précisé.

Pugnace et très en verve, le solidaire Simon Tremblay-Pepin a insisté sur le fait que le Québec se devait d’accueillir avec «beaucoup de solidarité» les immigrants. «On les reçoit ici pour qu'ils deviennent des citoyens, pas juste des rouages de l'économie», a-t-il dit.

Sur le thème de l’économie et de la fiscalité, Carlos Leitao a accusé les caquistes de défoncer des portes ouvertes, notamment sur leur proposition de transformer le mandat d’Investissement Québec.

Le péquiste Nicolas Marceau a fait savoir que deux visions économiques s’opposaient, soit la baisse des impôts et des taxes préconisée par les libéraux et les caquistes ou l’augmentation et l’investissement dans les services que propose le Parti québécois.

«On a un fardeau fiscal lourd. On paye beaucoup d’impôt au Québec», a déploré de son côté Youri Chassin. «Il faut faire plus et mieux», a-t-il fait savoir.

Le candidat solidaire, tout comme les autres, a souvent tiré à boulets rouges sur le cadre financier de la CAQ regrettant que plusieurs promesses n’étaient pas clairement indiquées. L’éducation a également eu une place prépondérante dans le débat, tout comme les infrastructures.

Mario Dumont était le modérateur de cette rencontre d’une heure, devant public, diffusée en direct sur les ondes de LCN.

Économie et fiscalité

«Il y a des tendances lourdes qui n'ont pas changé dans les 15 dernières années du Parti libéral» - Youri Chassin

«Les Québécois ont l'impression que l'économie n'est pas au service des Québécois et plutôt au service de certains millionnaires» - Nicolas Marceau

«Ça sert à rien de penser qu'on peut faire ça à crédit. Il faut avoir le courage de remettre la maison en ordre» - Carlos Leitao

«Ils vont devoir se passer de millions de dollars et ils vont détruire des fleurons québécois» - Simon Tremblay-Pepin sur les sociétés d'État

«Ils ont vendu Rona alors que l'ensemble des Québécois voulait qu'elle reste ici» - Nicolas Marceau

«Sur l'environnement, il n'y a rien? Qu'est-ce qu'il se passe, M. Chassin?» - Simon Tremblay-Pepin sur le cadre financier de la CAQ

Cliquez ici pour voir le bloc complet sur ce thème.

Immigration

«Les libéraux qui n'ont rien à offrir aux personnes immigrantes les ont laissé tomber» - Simon Tremblay-Pepin

«On ne peut pas dire que l'intégration doit être faite avant trois ans ou alors vous débarque» - Carlos Leitao

«On en prend moins, on en prend soin» - Youri Chassin

«Je ne vois pas comment on va régler la question de l'immigration en réduisant le seuil d'immigration» - Carlos Leitao

«Il y a des histoires personnelles de succès, mais quand on regarde le portrait global, ce n'est pas un succès» - Nicolas Marceau

«On les reçoit ici pour qu'ils deviennent des citoyens, pas juste des rouages de l'économie» - Simon Tremblay-Pepin

«Depuis 15 ans, vous avez augmenté les seuils sans avoir de solutions concrètes» - Youri Chassin

«C'est pas des 40 000 ou 50 000 arbitraires, sortis d'un chapeau ou d'un spécialiste en marketing, qui comptent» - Nicolas Marceau

Cliquez ici pour voir le bloc complet sur ce thème.

Main d'oeuvre et éducation

«Votre plan de maternelle quatre ans, ne fonctionne pas. Vous savez très bien qu'il faut construire plus de classes et engager plus de gens» - Carlos Leitao

«Vous n'avez pas besoin d'abandonner les CPE, vous l'avez déjà fait» - Simon Tremblay-Pepin à Carlos Leitao

«50% des écoles sont en mauvais état, ça c'est le bulletin de 15 ans de gouvernement libéral» Nicolas Marceau

«Les travailleurs ce n'est pas que de la main-d'oeuvre [...] il faut augmenter la redistribution de cette richesse» - Simon Tremblay-Pepin

Cliquez ici pour voir le bloc complet sur ce thème.

Infrastructures

«Vous réussissez à parler d'infrastructures sans parler de changement climatique. Vous vivez vraiment sur une autre planète» - Simon Tremblay-Pepin à Carlos Leitao

«La priorité des priorités c'est que nos enfants soient dans de belles écoles saines où leur santé n'est pas en danger» - Nicolas Marceau

«Il faut que les gens soient capables de se rendre aux stations de trains et de métro, c'est tout le transport collectif qui doit être mieux coordonné» - Carlos Leitao

«Qu'est-ce que ça va changer le REM? Rien. Ça va rien changer» - Nicolas Marceau à Carlos Leitao

Cliquez ici pour voir le bloc complet sur ce thème.