/regional/estduquebec/basstlaurent

Travaux par sa compagnie

Un conseiller municipal d’Auclair aurait enfreint son code d’éthique

Stéphanie Gendron

 - Agence QMI

Gracieuseté

Une enquête doit déterminer si un conseiller municipal d’Auclair, dans le Bas-Saint-Laurent, a enfreint une règle de son code d’éthique quand son entreprise a fait des travaux au bureau et au camping municipal.

Donald John Philippe craint qu’il en coûte trois fois plus cher en frais d’avocats que ce que ses services rendus à la petite municipalité lui ont rapporté.

«C’est très banal. Je suis le seul contracteur du coin et je louais mes pelles et mes employés pour de simples travaux qui auraient coûté beaucoup plus cher si la municipalité faisait appel à l’extérieur», a dit Donald John Philippe.

Il n’a pas précisé les montants que son entreprise a reçus, puisque le dossier est entre les mains des avocats d’Auclair et de la Commission municipale du Québec.

Son entreprise a réparé des fuites d’eau et a installé une barrière au camping. Les employés ont aussi creusé devant le bureau municipal pour qu’on puisse y planter des fleurs, entre autres.

Sources de revenus

M. Philippe indique toutefois que les montants reçus représentent une très faible proportion des sources de revenus de son entreprise, Forotek, spécialisée dans la vente d’équipements forestiers, basée à Edmundston au Nouveau-Brunswick, tout près d’Auclair.

Il soutient qu’il le faisait d’abord bénévolement pour aider et que c’est la municipalité qui aurait suggéré de payer l’entreprise pour ses services.

L’enquête vise à déterminer s’il a enfreint son code d’éthique en faisant les travaux au camping d’Eau Claire, géré par le Comité de développement économique, un organisme municipal, et au bureau municipal entre février 2015 et novembre 2016.