/regional/troisrivieres/mauricie

Travail de préparation

Festival western de Saint-Tite : l’envers des rodéos

Ghislain Morissette | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

Les rodéos attirent les foules au Festival western de Saint-Tite. Derrière ces spectacles hauts en couleur, il y a tout un travail de préparation, auquel prend part activement Patrick Lacroix.

Coordinateur des animaux, Patrick Lacroix a comme rôle de s'assurer du bien-être des chevaux, taureaux, veaux et bouvillons qui participent aux compétitions.

C’est un tirage au sort qui détermine quels chevaux et taureaux serviront de montures aux cowboys.

Chaque matin, une liste est remise à Patrick Lacroix pour qu'il prépare les animaux retenus pour le rodéo.

«Les chevaux passent la nuit en liberté dans un champ. Je les rentre dans des enclos le matin pour leur donner leur ration de moulée, puis je sépare ceux qui vont compétitionner et remets les autres dans les champs», a expliqué M. Lacroix.

Avec son équipe, il nourrit et soigne les animaux pendant la journée, avant de les transporter aux Grandes estrades, l'arène où les rodéos sont présentés en soirée. À la fin du spectacle, M. Lacroix ramène les bêtes dans leur champ.

Les journées sont longues pour lui, mais il adore son travail.

La plus belle vie

À ceux qui s'inquiètent du traitement réservé aux chevaux de rodéo, Patrick Lacroix répond sans hésiter que c'est la plus belle vie qu'on puisse souhaiter à un cheval.

«Ils vivent en liberté, sont très bien nourris, et "travaillent" à peine 15 minutes par année», a-t-il mentionné.

Un cheval ne fait pas plus de 10 rodéos par été, et selon lui, pour l'animal, c'est une partie de plaisir.

«Les chevaux sont habitués très jeunes à bouger pour se débarrasser de ce qu'ils ont sur le dos. D'abord des objets, puis des cavaliers. Ça devient un jeu pour eux.»

Il ajoute qu'une des montures qui participe à des rodéos depuis 15 ans termine toujours sa prestation de la même façon: dès qu'il réussit à éjecter son cavalier, il dresse les oreilles et fait le tour de l’arène au galop.

«C'est comme s’il venait de gagner quelque chose, et il en est fier», a raconté Patrick Lacroix.

Dans la même catégorie