/regional/montreal/montreal

Marges de profits élevées

Les détaillants d'essence empochent plus de 15 cents par litre

Matthieu Payen | Journal de Montréal

Si vous avez l’impression de payer votre essence trop cher en ce moment, vous n’avez pas tort. La marge de profit des détaillants n’a jamais été aussi élevée à Montréal en 10 ans.

«Ils rient de nous autres», déplore le Montréalais Daniel Durivage en mettant 20$ d’essence dans le réservoir de son VUS dans une station Mobil de la rue Wellington qui affiche 1,489$ le litre.

«On est pris à la gorge, renchérit Mathieu Palmieri, croisé au même endroit. Ça me dérange de mettre de l’essence, mais je n’ai pas le choix. Depuis un mois, j’évite de faire le plein et j’attends que ça baisse un peu.»

Les stations-service empochaient mercredi 15,4¢ pour chaque litre vendu, alors que la moyenne de leur marge de profit à Montréal tourne autour de 7 à 9¢ du litre.

«Encore une fois, on siphonne le porte-monnaie des automobilistes en pleine rentrée», commente Annie Gauthier, porte-parole de CAA-Québec.

Au même moment à Québec, le prix moyen du litre était de 1,342$, avec une marge pour les détaillants de 4,8¢ le litre.

Mme Gauthier souligne qu’à Montréal, les prix à la pompe ont flambé dans la nuit de lundi à mardi et qu’ils se sont maintenus mercredi alors que le coût d’achat auprès des raffineries a baissé.

Dan McTeague, analyste chez Gasbuddy.com, qui compare les prix affichés par les stations-service, avoue ne pas comprendre cet écart.

«Parfois, on voit deux ou trois détaillants s’emballer, mais je ne me souviens pas d’avoir vu les marges monter si haut dans tout Montréal», dit-il.

Selon CAA-Québec, il faut retourner au 12 septembre 2008 pour voir une marge de profit plus élevée à Montréal, soit 20,6¢ du litre.

Ouragan

L’Association des distributeurs d’énergie du Québec (ADEQ) relativise en rappelant que les prix de l’essence dépendent de plusieurs facteurs hors du contrôle des détaillants.

«Les prix d’achat en raffinerie étaient élevés depuis début septembre et ils ont baissé mardi, donc certains détaillants n’ont pas eu le temps de s’ajuster», explique Sonia Marcotte, présidente de l’ADEQ.

Une baisse du prix à la pompe n’est cependant pas assurée dans les prochains jours puisque l’ouragan Florence menace de toucher les côtes américaines vendredi et de faire grimper le cours mondial du pétrole.

– Avec la collaboration de Camille Garnier

Prix en dehors de Montréal mercredi

Sherbrooke : 133,4

Victoriaville : 130,7

Québec : 133,4

Dans la même catégorie