/news/world

Entrevue avec une porte-parole d’Énergir

Fuites de gaz dévastatrices à Boston : le Québec est-il à l'abri?

TVA Nouvelles et AFP

Dans la foulée des événements de jeudi soir près de Boston, où une série d’explosions liées à de multiples fuites de gaz a fait au moins un mort et plusieurs blessés, la porte-parole d’Énergir a réagi.

«On se l’explique assez difficilement pour l’instant», a avoué d’entrée de jeu Catherine Houde, porte-parole du principal fournisseur de gaz naturel au Québec.

«Les autorités ont déclaré que c’était une surpression du réseau gazier [...] Normalement, on a des régulateurs de pression qui permettent de l’abaisser. C’est possible qu’il y en ait un qui a mal fonctionné», a-t-elle précisé.

Une quarantaine de résidences ou bâtiments commerciaux ont été touchés et au moins une maison a été détruite, selon les médias locaux. Les pompiers ont eu à combattre jusqu'à 35 incendies dans trois municipalités.

«On sait aussi que le distributeur gazier [Columbia Gas] était en train de faire des travaux d’amélioration sur son réseau le jour même», a ajouté Catherine Houde, qui estime que ceux-ci ne sont probablement pas étrangers aux événements de jeudi.

Possible au Québec?

La porte-parole d’Énergir se montre malgré tout rassurante quant à la probabilité qu’une telle situation ne survienne ici.

«Au Québec, c’est difficile de dire si un événement similaire pourrait arriver puisqu’on ne connaît pas encore exactement les causes», avoue-t-elle, précisant toutefois qu’Énergir mise sur plusieurs éléments afin d’éviter la surpression.

«Quand on conçoit le réseau, on doit tester les conduites à une pression 1,5 fois plus élevée que ce qu’elle est capable de supporter. On aussi des soupapes qui permettent d’évacuer le gaz naturel s’il y a surpression de plus de 10%. Tout le réseau est aussi monitoré 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.»

 

Dans la même catégorie