/regional/troisrivieres/mauricie

Changement de carrière

De technicienne informatique à maraîchère

Amélie St-Yves | Agence QMI

Marie-Claude Bourassa montre une courge dans son jardin de Saint-Étienne-des-Grès.

collaboration spéciale, Amélie St-Yves

Marie-Claude Bourassa montre une courge dans son jardin de Saint-Étienne-des-Grès.

Une femme de 40 ans qui n’en pouvait plus de son travail en informatique pour la Ville de Trois-Rivières est beaucoup plus heureuse depuis qu’elle passe son temps à cultiver des légumes.

Marie-Claude Bourassa gagnait 33 $ de l’heure, était syndiquée, avait des assurances collectives et un bon fonds de pension. Elle occupait le poste de technicienne informatique pour la Ville de Trois-Rivières. Malgré cette prospérité, elle est devenue malheureuse au fil des années à force de travailler derrière un bureau.

Elle passait tous ses temps libres dans son jardin, tandis qu’elle était triste au travail.

«J’étais plus agressive, plus dépressive. On le voyait que j’étais moins heureuse. Et plus ça avançait, plus ça déclinait. Après deux dépressions, je me suis dit que c’était assez», raconte la femme de 40 ans.

Démission

Marie-Claude Bourassa a remis sa démission en 2017 au bout de 10 ans en informatique. Elle avait entre-temps réalisé un certificat en horticulture à temps partiel.

Elle indique que le fait d’être seule avec son conjoint l’a aidée à faire le saut, mais elle croit qu’elle aurait pris la même décision en fin de compte, enfants ou pas.

Elle a passé l’été dernier chez un producteur maraîcher de la Mauricie avant de lancer La petite maraîchère, en mai 2018. Le nom de son entreprise est un clin d’œil à sa taille de 4 pieds 11.

«Tout a changé. Je me lève le matin et j’ai envie d’aller travailler. Oui, c’est une charge de travail, mais ce n’est pas une charge émotive. C’est motivant, surtout quand on commence à récolter et qu’on a le contact avec les clients qui sont contents d’avoir des beaux légumes», dit-elle.

Elle a cultivé environ 15 000 pieds carrés cette année sans employés, mais avec beaucoup d’aide de son conjoint en congé différé et de ses parents.

Elle cultive un peu de tout ce qu’on retrouve dans les jardins québécois, comme des carottes, des concombres et des tomates.

Elle a aussi une douzaine de poules dont elle vend les œufs. Elle les laisse d’ailleurs sortir à l’air libre, à proximité du jardin, où elles mangent les vers.

La petite maraîchère n’est pas certifiée biologique, mais tout y est fait à la main, sans produits chimiques.

Vente

Marie-Claude Bourassa vend ses légumes à un petit kiosque sur le bord de la rue, mais aussi au sous-sol de l’église de Saint-Étienne-des-Grès ou encore au dépanneur du coin. Ses légumes sont aussi servis au prestigieux restaurant Le Poivre Noir de Trois-Rivières.

Elle a quand même dû retirer une partie de son fonds de pension de la Ville, et travaille à temps partiel dans une épicerie pour arriver financièrement. Elle veut agrandir son jardin d’année en année, en suivant les besoins de ses clients.

Son parcours

Juin 2007: Engagement à la Ville de Trois-Rivières comme technicienne informatique

Juillet 2017: Démission de la Ville de Trois-Rivières

Mai 2018: Lancement de son entreprise

La petite maraîchère

Une de nos meilleures décisions

Choisir de travailler dans ce que j’aime faire.

Une de nos pires décisions

Se lancer seule, en raison de la quantité de travail que cela représente.

Dans la même catégorie