/news/politics

«Idéalement»

Le PQ promet de brancher le Québec à la fibre optique d’ici 2022

Patrick Bellerose | Agence QMI

Le Parti québécois promet de brancher toutes les régions du Québec à la fibre optique «idéalement d’ici 2022», s’il est porté au pouvoir le 1er octobre prochain.

Pour y arriver, un gouvernement Lisée créerait une nouvelle filiale d’Investissement Québec, nommée NumériQuébec, qui aurait le mandat de créer un consortium avec les géants de la câblodistribution (tels Bell, Telus et Vidéotron) afin d’amener la fibre optique dans les foyers québécois.

Plus performante que le cuivre, la fibre optique permet le transfert de données, comme Internet, notamment, de manière beaucoup plus rapide et efficace que le câble traditionnel.

La structure de partenariat de NumériQubec permettra à l’État de bénéficier de retombées, fait valoir le chef péquiste Jean-François Lisée.

«On va arrêter de subventionner des compagnies et on va se mettre à investir», a-t-il affirmé, au cours d’un point de presse en compagnie de ses candidates Michelle Blanc et Mireille Jean.

Retombées importantes

Le chef du PQ estime que cet investissement pourrait rapporter des retombées économiques importantes pour les entreprises québécoises, de même que pour l’État.

«Si on branche à la fibre optique 100% du territoire, ça provoque une augmentation de la richesse nationale de 2,4%», dit M. Lisée en citant une étude de l’OCDE.

Le chef péquiste affirme que, contrairement à son plan, les libéraux et la CAQ proposent de «de continuer à subventionner les entreprises privées pour qu’elles finissent de brancher le Québec avec du cuivre».

NumériQuébec aurait également le mandat d’investir, et de tirer des revenus, de la couverture complète du territoire pour la téléphonie cellulaire.

Nouveau ministre responsable

De plus, un gouvernement Lisée créerait le poste de «ministre responsable du Numérique» pour synchroniser ses efforts dans le domaine.Le PQ veut également mettre sur pied un «Conseil national du numérique», qui aurait pour tâche de conseiller l’État pour toute question concernant le développement des technologies numériques sur le territoire québécois.

La formation de Jean-François Lisée compte également obliger les grandes firmes informatiques à sous-traiter les contrats gouvernementaux qu’elle obtient dans une proportion d’au moins 10 % afin d’encourager les plus petites entreprises.

-Avec l’Agence QMI

Dans la même catégorie