/news/society

Au Canada

Suicide chez les jeunes: un phénomène qui prend de l’ampleur

Agence QMI

Lonely, hurt teenage boy sitting, arms around knees

EJ White - stock.adobe.com

Au cours des 13 dernières années, pas moins de 5800 enfants et adolescents canadiens se sont donné la mort, selon une enquête conjointe du «Toronto Star» et de l’École de journalisme de Ryerson, publiée vendredi.

Ce chiffre a été établi grâce aux données récoltées auprès des bureaux du coroner de chaque province et territoire canadiens.

Le suicide serait maintenant la deuxième cause de décès chez les jeunes Canadiens et la première chez les jeunes autochtones, d’après Santé Canada.

Malgré la multiplication des campagnes gouvernementales pour prévenir le suicide chez les jeunes Canadiens, les taux sont restés inchangés au cours des deux dernières décennies. Dans certaines provinces, comme la Saskatchewan, la Colombie-Britannique et la Nouvelle-Écosse, ils ont même augmenté de manière significative, selon le «Toronto Star» et de l’École de journalisme de Ryerson.

L’enquête montre d’ailleurs que pour chaque suicide réussi, entre 10 et 100 autres sont tentés.

«C’est comme le cancer. Nous l’avons ignoré (le phénomène) pendant des décennies. Et maintenant nous sommes surpris?» a lancé Dr Catharine Munn de l’Université McMaster, en entrevue avec le «Toronto Star».

Détresse

En 2016, un sondage de l’organisme Kids Help Phone mené auprès de 1319 adolescents canadiens révélait qu’un jeune sur cinq considérait sérieusement le suicide.

Des données obtenues auprès de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) démontrent que les problèmes de santé mentale chez les jeunes sont de plus en plus importants. En effet, depuis 2007, le nombre d’hospitalisations liées à ce type de problème a augmenté de 66 % chez les jeunes de 5 à 24 ans.

Toujours selon l’ICIS, les hospitalisations de jeunes filles de 10 à 17 ans qui se sont infligé des blessures ont augmenté de 102 % entre 2009 et 2014.

«Clairement, nous reconnaissons tous que (le suicide chez les jeunes) est un problème important, qui continue, et que plusieurs d’entre nous tentent de comprendre», a dit Dirk Huyer, le coroner en chef de l’Ontario, en entrevue avec le «Toronto Star».

Dans la même catégorie