/news/elections

Plusieurs centaines de sympathisants

Une «démonstration de force» de QS à Québec

Taïeb Moalla | Agence QMI

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Pour la première fois de son histoire, Québec solidaire (QS) tenait vendredi soir son traditionnel rassemblement national de mi-campagne hors de Montréal. Le but avoué du parti est de faire des gains dans la Capitale-Nationale lors du scrutin du 1er octobre.

Gonflés à bloc par les plus récents sondages, plusieurs centaines de militants et de sympathisants de QS se sont réunis au Terminal de croisières du port de Québec. La soirée festive a été ponctuée de discours politiques et de performances artistiques.

«Notre présence à Québec est symbolique, a convenu le porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois. Nous sommes confiants de faire une percée dans la région de Québec, le 1er octobre prochain. C’est important pour nous de faire une démonstration de force dans la région de la Capitale-Nationale (...) Les plaques tectoniques de la politique québécoise sont en train de bouger.»

La co-porte-parole Manon Massé a catégoriquement rejeté l’étiquette de «parti montréalais», même si QS n’a jamais fait élire de députés en dehors de la métropole. «Nos premiers députés ont été élus à Montréal, mais le réseau solidaire est bien enraciné partout à travers le Québec», a-t-elle assuré.

Dans un discours enflammé, Mme Massé a invité les Québécois à «faire taire la petite voix de peur en envoyant Catherine (Dorion), Sol (Zanetti) et une grosse gang de solidaires grimper à la colline parlementaire, assis à mes côtés, pour faire le plus grand tintamarre qu’a jamais eu le Québec pour changer le monde».

Crucifix mis à l’index

S’en prenant aux «vieux partis», Manon Massé a souligné que «la classe politique s’est installée ici au Parlement, bien confortablement, sous le même crucifix qu’on pensait ne plus jamais voir. Et il est encore là!»

À Québec, les solidaires fondent de grands d’espoirs sur deux circonscriptions - Taschereau et Jean-Lesage - où ils présentent respectivement Catherine Dorion et Sol Zanetti.

«Tous les espoirs sont permis», a affirmé M. Zanetti devant une foule enthousiaste. Même son de cloche chez Catherine Dorion qui a lancé ceci: «Pour la première fois de l’histoire du Québec, il va y avoir un petit spot orange en dehors de l’Île de Montréal, en plein milieu du "mystère Québec". Ils ne vont rien comprendre!», s’est-elle exclamée.