/news/politics

L’Ancienne-Lorette

Le PLQ divisé quant au prolongement de l’autoroute 40

Dominique Lelièvre | Agence QMI

Dominique Lelièvre, Journal de Québec

Le projet de prolongement de l’autoroute 40 dans l’ouest de la région de Québec sème la discorde au sein de l’équipe libérale alors que le candidat dans La Peltrie s’y est fermement opposé, samedi.

Stéphane Lacasse, dont la circonscription serait franchie par un éventuel prolongement de l’autoroute, a marché aux côtés de quelques centaines de résidents de L’Ancienne-Lorette qui s’étaient réunis pour réaffirmer leur désaccord avec le projet.

Le candidat libéral s’est lui-même dit en défaveur de celui-ci, et ce, même si c’est le gouvernement libéral qui a ravivé cette idée que plusieurs croyaient morte, en 2016, en plus d’en faire un enjeu prioritaire il y a moins d’un an lors de l’élection partielle de Louis-Hébert.

« Je suis un Lorettain, je demeure à L’Ancienne-Lorette. Ici, c’est chez nous. [...] Il y a une rivière qui passe là, il y a des résidences à proximité et des gens qui marchent dans le sentier, donc moi, je trouve que, un, ce n’est pas un beau projet, puis, deux, ça ne servira pas la fluidité », a déclaré le candidat en entrevue.

Pas en porte à faux

Questionné à savoir si le PLQ fermait donc la porte à ce projet, Stéphane Lacasse a indiqué que « le candidat du Parti libéral, ici [dans La Peltrie], ferme la porte à un prolongement de l’autoroute 40 qui coupe une ville en deux, oui. »

M. Lacasse a soutenu qu’il ne s’inscrit pas en porte à faux avec la position de son parti puisque selon lui, l’intention du gouvernement libéral a toujours été d’étudier la question, sans plus. Ce qu’il a fait à la mi-juillet en lançant un appel d’offres pour l’étude des besoins à ce sujet.

« La position du gouvernement libéral, c’est le prolongement de l’autoroute 40 vers l’ouest. Je tiens à vous rappeler que Charest, c’est aussi l’autoroute 40 », a ajouté M. Lacasse en pointant que le PLQ souhaite élargir l’autoroute Charest entre Jean-Gauvin et Saint-Augustin-de-Desmaures.

Trop tôt, dit Proulx

Interrogé sur la sortie du candidat de La Peltrie, le ministre sortant responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, a jugé que « s’inscrire pour ou contre [le projet] sans avoir vu l’étude d’opportunité, c’est très tôt ».M. Proulx estime cependant que son collègue « a tout à fait le droit de s’exprimer sur le sujet et de prendre en compte ce qui se dit dans sa circonscription ».

Le candidat dans Jean Talon a fait écho aux propos du chef libéral, Philippe Couillard, voulant que la réflexion à propos du possible prolongement de l’autoroute 40 doive se poursuivre.

« J’entends très bien les préoccupations et notre candidat dans la circonscription également, mais j’entends également les préoccupations des gens de Louis-Hébert, dans le coin de Saint-Augustin, qui voient là une façon d’améliorer leur trajet matinal vers la Ville de Québec », a déclaré M. Couillard samedi matin.

« Je pense qu’on se doit d’analyser ça comme il faut, y compris les impacts sur les milieux », a-t-il conclu.

Caire défend son intégrité

Prenant part également à la marche citoyenne, le député sortant de La Peltrie, le caquiste Éric Caire, a tenu à défendre son intégrité dans le dossier du prolongement de l’autoroute 40, auquel il s’oppose.

Le ministre François Blais l’a soupçonné en début de semaine de s’être placé en conflit d’intérêts lors d’une commission parlementaire où il en a été question alors qu’il avait contracté un prêt de 55 000$ au maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, qui est également contre le projet.

M. Caire a nié, le lendemain, tout manquement. Samedi, il a fait remarquer que la CAQ partage son opposition au projet et qu’il fait « juste son travail de député ».

« C’est une position de parti, ce n’est pas la position d’un individu, donc à partir de là, je pense qu’il faudrait vraiment être mal intentionné ou faire de l’aveuglement volontaire pour penser que ce n’est que moi qui s’oppose à ça et qui sous influence a décidé que ce n’était pas un bon projet », a-t-il affirmé.

- Avec la collaboration de Geneviève Lajoie